Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 21:53

Le cèdre aime aussi la neige et pousse entre 1.200 et 1.800 mètres

Nizar Hani, coordinateur scientifique de la réserve naturelle  des cèdres d'Al-Chouf (sud-est de Beyrouth) a récemment reconnu : "Tout indique que si le changement climatique actuel se poursuit, les cèdres pourraient être en danger".
Cette réserve est la plus importante de ce pays avec plus de 25% des 2.000 hectares plantés en cèdres du Liban. Elle a été créée en 1996. Certains de ces arbres aux aiguilles persistantes sont vieux de 2.000 ans. Le cèdre, qui peut atteindre 50 mètres, aime aussi la neige et pousse entre 1.200 et 1.800 mètres au dessus du niveau de la mer.




Le froid est également nécessaire à la germination des graines

"La fonte des neiges en montagne pourrait provoquer sa disparition" explique Wael Hmaidan, directeur de la Ligue des activistes indépendants (ONG spécialisée dans les questions environnementales).
"Si pendant plusieurs jours consécutifs, l'on n'a pas un mélange de pluie, neige et givre, les graines ne peuvent se disséminer. Le froid est également nécessaire à la germination des graines. Ils ont besoin aussi de la brume d'été" ajoute Fady Asmar, consultant spécialiste des forêts de Méditerranée.
Par conséquent, le réchauffement climatique pourrait contraindre le cèdre du Liban à grimper plus haut pour survivre. 

Un insecte avait ravagé les cèdres du village de Tannourine

Au Liban, la saison des pluies a été mauvaise cette année et la sécheresse serait aussi responsable du pullulement du Cephalcia Tannourinensis, un insecte qui avait ravagé les cèdres du village de Tannourine (nord). Cet insecte "vit avec les cèdres dans le même environnement. Avec la hausse des températures, il se reproduit trois fois l'an au lieu d'une fois, conduisant au problème de Tannourine" poursuit Nizar Hani.

Les cèdres font partie intégrante de notre culture et de notre héritage

Le cèdre est le symbole de l'identité nationale. Dans des temps plus ou moins reculés, il aurait servi à la construction des bateaux, des temples et des maisons phéniciens. Il est aussi l'emblème de plusieurs partis politiques.
Pour résumer Nizar Hani rappellent que les cèdres font partie intégrante de notre culture et de notre héritage. Nous luttons pour les préserver avec la reforestation, la construction de réservoirs d'eau et la sensibilisation du public".

source

Partager cet article

Repost 0

commentaires