Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 12:38
Depuis 1999, le loup figurait très logiquement sur la liste des espèces de vertébrés protégées menacées d'extinction en France. De façon assez incroyable, cet animal a été retiré de la liste par un arrêté publié le 27 mai dernier, ce qui a provoqué incompréhension et colère au sein des protecteurs de la faune et des associations écologistes. Il faut dire que cette décision, prise en catimini, a de quoi surprendre car le loup est la seule espèce à avoir été retirée de cette liste où figure notamment l'ours, les chauve-souris, les loutres, les visons d'Europe et les esturgeons pour n'en citer que quelques unes.


Alors que l'on estime qu'il y aurait entre 150 et 180 loups répartis sur le territoire français, difficile de penser que ce chiffre est suffisant pour que cette espèce ne soit pas menacée d'extinction si elle n'est pas efficacement protégée. Cette décision revêt donc plus un caractère politique et ne s'appuie pas forcément sur des données scientifiques fiables. Reste désormais à savoir quelles vont être les conséquences de ce choix étrange et largement sujet à caution.

Concrètement, jusqu'à présent, la décision de déroger au principe de protection des loups, à savoir un abattage ciblé et sélectif dans une zone donnée, la capture d'un spécimen ou l'autorisation de modifier un habitat, par exemple en construisant une autoroute, était prise au niveau national. C'est le CNPN (Comité National de Protection de la Nature), qui était le seul à pouvoir intervenir et à donner son avis au ministère de l'écologie.
Désormais, la gestion de ce grand carnivore ne dépendra plus de cet organisme national, mais sera déléguée aux préfets, soit à un niveau départemental.

La question est maintenant de savoir si le quota de loups pouvant être abattus afin de limiter la croissance des effectifs sera encore prise au niveau national ou si ce sont les préfets qui décideront eux-mêmes de la politique à mener sur leur territoire. Dans ce dernier cas de figure, de graves dérives sont possibles, les préfets pouvant tout à fait céder aux pressions des lobbys anti loups et fixer des quotas de tirs fantaisistes. Pire encore, ils ne seraient pas tenus d'agir en concertation avec les départements voisins et la préservation de l'espèce pourrait être largement menacée très rapidement.



LIRE LA SUITE ...

Partager cet article

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article

commentaires