Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 11:30

L'Erika lors de son naufrageLe procès en appel du naufrage de l'Erika, qui avait provoqué en 1999 une catastrophe écologique, s'est ouvert lundi, à la cour d'appel de Paris.
Le groupe Total et cinq autres prévenus (deux filiales de Total, la société de  classification italienne Rina, le propriétaire du
pétrolier, Giuseppe Savarese, et son gestionnaire Antonio Pollara) devront répondre de leur responsabilité dans ce désastre écologique. Ce procès s'achèvera le 18 novembre et l'arrêt sera mis en délibéré, sans doute jusqu'au début de 2010.

La naufrage de l'Erika en 1999
Le naufrage a eu lieu quand et où ?
 

Le 12 décembre 1999, par une mer de force 8/9, le
pétrolier Erika se brise en deux à 60 kilomètres au sud de la pointe de Penmarc'h. Cette catastrophe provoqué une gigantesque marée noire.

Malgré une mer  démontée, l'Erika avait quitté le port de Dunkerque le 8 décembre à destination de Livourne (Italie). Le 11, le navire avait lancé un premier appel de détresse après avoir constaté des fissures laissant échapper du fioul dans le ballast droit.
Alors que les conditions météorologiques ne s'amélioraient pas (vent d'ouest force 8 à 9 et des creux de six mètres), l'Erika lançait un nouvel appel de détresse et signalait un grave problème de structure. La suite vous la connaissez...  

Marée noire ayant souillé une plage
Quelles ont été les premières communes touchées ?


Alors qu'elles sont attendues en Vendée et en Charente-Maritime, les premières nappes de pétrole s'échouent sur les plages de la Torche et du Guilvinec dans le Finistère, le 23 décembre. Le plan Polmar est immédiatement déclenché. Le 24,  la côte du Morbihan et plus particulièrement Belle-îles et Groix sont touchés. Le 30 décembre, la marée noire atteint la Loire-Atlantique.

Le saviez-vous ?


Le plan Polmar pour "pollution du milieu marin" est chargé notamment de prévoir et de planifier des moyens humains et techniques de lutte contre la pollution (barrages flottants, pompes, nettoyeurs...) et de repérer les zones économiquement et écologiquement les plus fragiles à protéger.

oiseau mazouté
Quelles ont été les conséquences ?

Le naufrage de ce
pétrolier a provoqué une catastrophe écologique majeure ! 20.000 tonnes de fioul, qui se sont déversés dans la mer, ont provoqué une marée noire sur 400 kilomètres de côtes françaises... du Finsitère à la Charente-Maritime.  Cette marée noire a fait des ravages dans la flore et la faune marines puisque plus de 150.000 oiseaux ont aussi été mazoutés.
Le
fioul, mélangé à l'eau de mer, amalgamé avec le sable, les pierres et autres matériaux, a constitué près de 270.000 tonnes de déchets.

Que sont devenues ces tonnes de déchets ?


Ils ont été rassemblés sur des sites de stockage sécurisés près de la raffinerie Total de Donges, où ils ont ensuite été traités.

Durant de longs mois, des boulettes de fioul vont arriver sur de nombreuses plages au gré des marées et des vents. Les communes littorales ont souffert puisque leurs plages, leurs dunes, leurs chemins littoraux ou encore les falaises ont été souillés après la marée noire.

Une marée noireLa Loire-Atlantique n'a pas été épargnée

Aux Moutiers-en-Retz,
le maire Yannick Haury a dû restaurer la plage. "En enlevant le fioul on a enlevé aussi les éléments qui maintiennent naturellement le sable" explique-t il. Pour le retenir, il a fallu poser des  barrières et réaliser des plantations pour retenir le sable.

A Mesquer, des falaises extrêmement friables  ont été recouvertes sur des hauteurs jusqu'à sept mètres de fioul. "Il a fallu nettoyer, elles ont été dégradées et fragilisées et nous avons été obligés de les recolmater au pied" témoigne le maire Jean-Pierre Bernard.  

A Préfailles, le maire Jean-Luc Le Brigand a déclaré : "Après l'Erika nous avons dû réaménager et valoriser 14 kilomètres de littoral. Pour enlever ces tonnes de déchets
pétroliers les engins ont tout détruit, il a fallu tout restaurer.

Danielle Rival, maire de Batz-sur-Mer, a reconnu : "Nous avons réalisé de nombreux travaux environnementaux (...) Beaucoup de camions sont passés, les routes ont été abîmées, il a fallu tout réhabiliter notamment les chemins de douaniers, replanter des graminées....".

Plage polluée après une marée noireQuelle était la composition du fioul de l'Erika ?

L'Erika transportait du fioul lourd n°2, produit pétrolier le plus utilisé après l'essence et le gazole.
Ce résidu est constitué de plusieurs molécules dont seize appartiennent à la famille des hydrocarbures polycycliques aromatiques dont certaines comme le benzopyrène et le benzoanthracène sont classées "cancérogènes 2" c'est-à-dire probablement cancérogène pour l'Homme.

Le navire ErikaLa fiche d'identité de l'Erika

Construit au Japon en 1975, ce navire a changé huit fois de propriétaire et trois fois de pavillon (Panama, Liberia, Malte) dans son existence. Au moment de la catastrophe, en 1999, il appartenait à une société maltaise, Tevere Shipping.
Pour son dernier voyage, l'Erika a d'abord été affrété par une société des Bahamas, agissant par l'intermédiaire d'une société suisse. Il a ensuite été sous-affrété par une filiale de Total basée au Panama, représentée par une société britannique.

Le saviez-vous ?


Depuis octobre 2003, les
pétroliers à simple coque transportant du fioul lourd ne peuvent plus en principe fréquenter les ports européens et un calendrier de retrait de ce type de navires a été adopté pour obtenir leur disparition totale à terme.

Que s'est-il passé en première instance ?
 

Le jugement rendu en janvier 2008 indique que Total, l'affréteur de l'Erika, et Rina ont été condamnés pour "faute d'imprudence" et ont écopé de l'amende maximale : 375.000 euros. Le propriétaire du navire et son gestionnaire ont été condamnés à 75.000 euros pour "faute caractérisée. Ces quatre prévenus ont dû verser solidairement 192 millions d'euros de dommages et intérêts aux parties civiles.


A souligner !

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu cette année-là une décision historique en reconnaissant pour la première fos la notion de "préjudice écologique. Par conséquent, des indemnisations avaient été accordées au titre des
oiseaux mazoutés.

Pourquoi un nouveau procès ? 

Total, la société de classification italienne Rina, le propriétaire du
pétrolier, Giuseppe Savarese et son gestionnaire Antonio Pollara, ont fait appel de leur condamnation en première instance.
Lors du premier procès, les membres des secours et le capitaine du pétrolier avaient été mis hors de cause, ainsi que deux filiales de Total. Mais le parquet  a fait appel de la relaxe de ces deux dernières. 
Les nombreuses parties civiles souhaitent aussi obtenir des indemnités plus conséquentes que celles qui leur avaient été accordées par le jugement du 16 janvier 2008.


source USHUAIA

Partager cet article

Repost 0

commentaires