Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 13:15

 

 

 

Texte original, photos et videos : ICI

 

Au cours des 100 dernières années, le nombre de tigres vivant à l’état sauvage a diminué de 97% dans le monde. En Inde, où il y a 39 réserves de tigres et 663 aires protégées, il peut rester 1.400 tigres sauvages, selon un recensement de 2008, et peut-être aussi peu que 800, selon les estimations de certains experts. Le braconnage reste la principale cause du déclin du tigre, attiré par la demande sur le marché noir pour les peaux de tigre, les os et les organes. Par exemple, au mois de mai 2010, quatre tigres sont morts dans la réserve de Corbett à cause du braconnage et par empoisonnement.
Cette chute brutale des populations de tigres en Inde a conduit le gouvernement à prendre des mesures cruciales si ce n’est radicales pour empêcher l'extinction du tigre du Bengale. Non seulement le braconnage, l'exploitation illégale forestière, et la perte d'habitat actuellement pris en compte, mais le secteur du tourisme qui se multiplie dans et autour des réserves de tigres seront probablement réduits dans un proche avenir, aussi bien.

Quelques faits :

832 tigres ont été tués en Inde de 1994 à 2007
21 décès de tigres jusqu'en 2010, 10 de causes naturelles, 11 issus du braconnage
5000 $ prix payé par les commerçants aux braconniers pour un tigre entier mort
$ 50,000 prix payé pour un tigre complet
$ 35,000 prix payé pour une peau de tigre
L'un des défenseurs les plus importants de l'environnement en Inde,Belinda Wright, a mis en avant des questions sur la faune du pays pendant plus de trois décennies. Bien que son organisation, la Wildlife Protection Society of India(WPSI), ne porte pas la reconnaissance mondiale des grandes ONG internationales, l'engagement de son groupe pour la préservation des tigres, leur habitat, et les Indiens qui vivent avec ces grands prédateurs, existe encore.
En mai 2010, Wright a parlé avec mondabay.com au sujet de son effort pour protéger les tigres et la faune en voie de disparition.

UNE ENTREVUE AVEC BELINDA WRIGHT

Votre famille a une histoire longue et distinguée dans le domaine humanitaire et les efforts de conservation en Inde. Qu'est-ce qui vous a décidé que la faune, et les tigres en particulier, soient votre vocation ?

Mes parents étaient passionnés par la faune. J'ai passé une grande partie de mon enfance dans les jungles de l'Inde orientale, l'habitat du tigre en fait, et je crois que c'était dans mon sang. Je n'ai jamais voulu faire autre chose et je me souviens, à l'âge de 14 ans, l’avoir annoncé à ma famille. Quelques années plus tard je me suis aventurée en tant que photographe animalier - rare à l'époque - et plus tard je suis devenue une cinéaste documentaire de la faune. J'ai travaillé pendant de nombreuses années, en tant que photographe de plateau pour National Geographic.

Puis, en 1994, j'ai pris la décision de devenir un militant de la faune à temps plein et rangé mon appareil photo. Je crois que c'était le temps de remboursement, pour tout ce que m'avait donné la faune. Je travaille sur la faune en Inde depuis plus de 35 ans.
Les espèces comme le tigre et l'éléphant asiatique sont sous la pression gigantesque du braconnage, la perte d'habitat et la croissance démographique humaine. Comment le travail du WPSI adresse-t-il ces éditions ?

 

Quels programmes auront selon vous le plus grand impact ?


Le WPSI a travaillé sans relâche pendant plus de 15 ans pour s'attaquer à la crise croissante de la faune de l'Inde en offrant soutien et information aux autorités gouvernementales de lutte contre le braconnage et le commerce illégal d'espèces sauvages, en traitant des conflits homme-animal et en apportant un soutien à des projets de conservation sur le terrain.

Notre programme anti-braconnage et contre le commerce illégal a été particulièrement réussi. Un réseau national d'enquêteurs sur le terrain fournit un flux constant d'informations qui sont traitées et utilisées pour aider les autorités répressives à l'arrestation de centaines de criminels de la faune dans toute l'Inde, et la saisie de produits de la faune, notamment des pièces de tigre. Le WPSI maintient également une base de données des crimes envers la faune, avec des dossiers de cas de plus de 16.500 espèces sauvages, (12,900 criminels de faune présumés). Il est continuellement mis à jour et joue un rôle essentiel dans la dénonciation du braconnage et du commerce en Inde. Il joue également un rôle important dans le développement de nouvelles stratégies de conservation.
Nous effectuons également des ateliers d'application de lois de la faune.
Jusqu'à présent, nous avons accueilli près de 190 ateliers et dispensé une formation à plus de 7.800 forestiers et agents de police dans 17 États à travers l'Inde.


En dehors de lutter contre la criminalité de la faune, nous abordons des questions cruciales telles que le conflit homme-animal (qui alimente le braconnage) la sensibilisation, etc... Nous soutenons des projets de conservation sur des sujets aussi variés que les couloirs d'éléphants , les techniques de recensement des tigres et une campagne pour sauver la tortue de mer Ridley au large de la côte d'Orissa. Un de ces projets à fort impact est notre «Corridor de la survie » pour les éléphants dans les états du Jharkhand et d'Orissa en Inde orientale. Un plan d'action pour la conservation de l'éléphant a été établi par le WPSI qui est actuellement mis en oeuvre  par le gouvernement de L'Etat d'Orissa. Le WPSI a des projets propres à chaque site dans et autour de six réserves de Tigres - Sundarbans, Ranthambhore, Bandhavgarh, Tadoba, Corbett et Satkosia Gorge.

Il a été demandé comment peut-on s'inquiéter de la faune et de faire un don à sa conservation alors qu’il y a tant de crises humanitaires. Je réponds en soulignant que ce n'est pas les animaux qui reçoivent de l'argent - ce sont les gens qui vivent avec eux.

Bien que les activités principales du WPSI ciblent les espèces sauvages, nous croyons qu'il existe un lien vital avec les questions humanitaires. Dans notre expérience, pour réussir les efforts de conservation, les populations locales doivent devenir des parties prenantes, économiquement et affectivement.
Nos projets sur le terrain en tiennent compte. Nous avons toujours embauché du personnel local, et nous nous efforçons de créer des activités génératrices de revenus au sein des communautés locales pour réduire la pression sur les forêts et la faune. Grâce à notre programme de sensibilisation communautaire dans la région des Sundarbans, par exemple, nous avons soutenu le développement d'une gamme d'activités de subsistance pour aider à réduire la dépendance des personnes aux forêts.

Le WPSI a soutenu un régime de micro-crédit pour les groupes d'auto-assistance de plus de 50 femmes dans la région des Sundarbans. Ces femmes gagnent aujourd'hui des revenus pour leurs familles en exécutant les pépinières de plantation de mangrove, et en brodant des tigres et autres animaux sur la soie, qui est transformée en coussins pour la vente dans les villes. Le WPSI fournit également des soins de santé et d'éducation pour les populations locales, pour les aider à devenir plus conscients des avantages et des responsabilités à l'égard de leurs forêts et de la faune. Au fil des ans, ceci a contribué à réduire l'animosité contre la faune et les conflits homme-animal dans la région.

Quel a été l'effet global de ces communautés locales et de cette conservation / action humanitaire ?

C'est vraiment encourageant de voir que, lorsque nous avons été en mesure de combiner efficacement la conservation et les activités humanitaires, les collectivités locales ont commencé à afficher leur faune comme un atout plutôt que comme une menace. La compréhension qu'ils ne peuvent pas survivre sans leurs forêts est palpable, et certaines personnes ont même commencé à entreprendre leurs propres activités de conservation.
Dans la région des Sundarbans, plus de 180.000 plants de mangrove ont été plantés dans et autour de l'île de Bali par les communautés locales. Avec notre appui, les gens du pays ont également constitué un volontariat de sauvetage (Tiger Team), qui réagit rapidement à toute alerte d’entrée de tigres dans les villages voisins. Armés de filets, de bâtons et de haut-parleurs portables, ils aident à maintenir le tigre loin de la foule jusqu'à ce que le Département des forêts arrive sur les lieux. Cela a permis de sauver beaucoup de tigres d'une mort violente et inutile.

La demande chinoise pour des parties du tigre est responsable du déclin de sa population depuis plusieurs décennies maintenant. Le WPSI travaille en étroite collaboration avec le gouvernement indien pour limiter le braconnage et le commerce illégal d'espèces sauvages, mais chaque année qui passe voie la population de la faune continuer de baisser.
 
L'un des plus grands défis de l'Inde, notamment pour sauvegarder les tigres sauvages, est l'application de nos lois sur la faune. Bien que nous ayons de bonnes lois sur la faune, elles ne sont pas mises en oeuvre efficacement. Ce dont nous avons besoin maintenant est la mise en vigueur rigoureuse. Sans cela nous ne pouvons pas espérer arrêter les mafias du braconnage qui vident nos forêts souvent en toute impunité et les commerçants bien organisés et contrebandiers qui contrôlent le commerce du tigre et d'autres animaux de la faune à travers les frontières internationales.

L'Inde a essayé de dialoguer avec la Chine, où la demande lucrative est énorme pour des parties de tigre. Jusqu'à ce que la Chine accepte de garder en place sa publication de 1993 de l'interdiction d'utiliser des os de tigre dans la médecine traditionnelle chinoise et de sérieusement sévir sur le commerce des parties du tigre, la meilleure chose que l'Inde puisse faire est de se concentrer sur le maintien de ses tigres sauvages vivants.
 
Outre les tigres, quelles sont les espèces victimes du braconnage ?

Bien que le grand rhinocéros ait fait un retour spectaculaire en Inde dans les années 1900, il est maintenant confronté à deux menaces graves, que sont le braconnage et la perte d'habitat. La corne de rhinocéros est très appréciée dans le commerce illégal d'espèces sauvages. Elle est aussi connue pour aider à financer les activités des insurgés, y compris l'achat d'armes, dans le nord-est de l'Inde.

Le parc national du Kaziranga, de seulement 430 kilomètres carrés, abrite environ 2.048 rhinocéros indiens (68% de la population mondiale). Pas une semaine ne se passe sans que les gardes forestiers courageux de ce parc aient une fusillade avec les braconniers. Même l'armée a été appelée pour aider à la lutte contre les braconniers. Au moins 9 rhinocéros ont été tués par des braconniers dans Kaziranga durant les cinq premiers mois de 2010.

Quelle est votre estimation actuelle de la population de tigres sauvages et si les choses s'améliorent, que pourrait-il être selon vous dans 5 ou 10 ans ?
 
Je crois que la dernière estimation du tigre dans l’ensemble de l'Inde, oscille une entre1165 et 1657.
Ces nombres déprimants ont été délivrés en 2008, après deux années de recherche. Le braconnage et les taux de mortalité n'ont certainement pas diminué depuis lors et, malheureusement, il est probable que la nouvelle estimation montre une nouvelle baisse du nombre de tigres. Les résultats de l'étude devraient être publiés en Octobre 2010.

Mais tout espoir n'est pas perdu. Si nous pouvons assurer leur protection, la densité des proies et l'espace inviolable pour ces félins, l'Inde peut certainement supporter une population de tigres beaucoup plus importante.
 
Que peut faire le grand public en dehors de l'Inde pour participer à la conservation du tigre ?

La chose la plus efficace que les gens hors de l'Inde puissent faire est de parler des tigres sauvages, et de montrer qu'ils se préoccupent de leur survie. L'Inde, et les 14 autres pays du tigre, doivent savoir qu'il s'agit d'une question cruciale et que les yeux du monde les regardent.

La Chine, en particulier, a besoin de comprendre que le tigre sauvage est un problème mondial important et qu'il est impératif que ce pays adopte cinq mesures d'urgence :

(1) de déclarer publiquement que l'interdiction de 1993 relative à l'utilisation d'os de tigre pour la médecine traditionnelle chinoise est permanent , (2) de détruire tous ses stocks de pièces de tigre (3) d’éliminer les élevages de tigres, (4) envoyer un message fort aux consommateurs que l'utilisation de peaux et de parties de tigre ne sera pas tolérée, et (5) de faire respecter la loi.
Les personnes hors de l'Inde ont besoin de se tenir informées des questions entourant le sort du tigre. Ils peuvent le faire en suivant les informations dans les médias et sur Internet, et en suivant les efforts de conservation en cours. Les sites truthabouttigers.org et www.wpsi-india.org sont deux de ces sites informatifs. Les personnes hors de l'Inde devraient également sensibiliser leurs gouvernements et le public à ce sujet en écrivant des lettres aux responsables politiques, directeurs de journaux, etc

Une autre façon d'aider est de donner des fonds pour les efforts de conservation des tigres en Inde, ou de démarrer une campagne de financement dans votre école, milieu de travail, ou communauté.

Vous n'avez pas besoin de résider en Inde pour faire partie du mouvement de conservation du tigre. Tout le monde a une compétence à offrir, soit en personne ou par l'intermédiaire d’Internet, qui peut contribuer à la cause, les journalistes peuvent propager la sensibilisation, les politiciens peuvent faire en sorte que la question soit entretenue politiquement, et d'autres dans la société civile peuvent recueillir des fonds.

Il est essentiel que nous travaillions tous ensemble pour sauver ce qui est sans aucun doute l'animal le plus charismatique de la planète. Si nous échouons, les générations futures en effet nous condamneront pour avoir laisser cet animal magnifique, le tigre, nous glisser entre les doigts.


Wildlife Protection Society of India

Partager cet article

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article

commentaires