Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 12:20

 

Le Canada prêt à déclarer la guerre aux phoques gris

 

 

Les autorités canadiennes envisagent de tuer 220.000 phoques gris ou d'en stériliser 16.000 femelles en l'espace de cinq ans à l'   'Ile de Sable, au large de la côte est canadienne. Le projet, encore non avalisé, figure dans un document dont la teneur a été confirmée par le ministère compétent, et révélé au public par le journal The Coast édité à Halifax. Mais pourquoi tant de haine envers ces malheureux phoques ?

 

Le ministère des Pêches et des Océans estime tout simplement que les 300.000 phoques gris  qui vivent dans la région déciment les stocks de morue.

 

Un argument que n'entend pas Mark Butler du Centre d'action écologique d'Halifax : selon lui, ce n'est pas une solution à long terme. "Si on commence à tuer les phoques pour préserver les morues, il faudra continuer pendant des siècles car la pêche a décimé leurs prédateurs naturels (tels les requins). C'est un cercle vicieux", dit-il.

 

L'île de Sable est un paradis des animaux. Selon le rapport, 80% des phoques de la région s'y reproduisent et cohabitent avec 400 chevaux sauvages et plus de 300 espèces d'oiseaux, au sein d'un écosystème fragile. Le ministre canadien de l'Environnement, Jim Prentice, a même annoncé la semaine dernière son intention d'en faire un parc national.

 

Quel que soit le scénario choisi, abattage ou stérilisation, l'opération coûterait entre 20 et 35 millions de dollars et nécessiterait l'envoi de véhicules, de carburant, de travailleurs et d'abris. Si l'on opte pour la première solution, 220.000 phoques doivent être tués sur cinq ans dont 100.000 la première année, au fusil et au gourdin. Le rapport suggère qu'un "traitement thermique" (incinération) sur place serait la meilleure solution pour se débarrasser de quelque 15.000 tonnes de carcasses et envisage de rejeter les cendres dans l'océan.

 

source

 

 

VIOLENCE SUR LES BÉBÉS ET LES MÈRES

 

Le carnage des phoques gris se déroulerait entre décembre et début février alors que les plages et les dunes sont couvertes de mères qui allaitent leurs bébés. On tuerait les phoques adultes à l'aide de fusils et les bébés soit avec un fusil ou un gourdin. Pour atteindre l’objectif de 100 000 phoques tués en 25 jours, il faudra tuer 10 phoques à la minute. Pour maintenir une telle cadence dans les tueries, on peut imaginer tout ce que cela peut comporter comme violence, cruauté et souffrance animale. 

 

UN CERCLE VICIEUX

 

Selon un porte-parole du MPO, toute décision visant à mettre en œuvre les recommandations de l'étude sera faite par la ministre Gail Shea. Ce qui est une très mauvaise nouvelle pour les phoques gris. C'est cette même ministre qui n'a pas hésité à augmenter les quotas lors de la chasse aux phoques du Groenland au printemps dernier, alors même que le manque de glaces empêchait la survie des bébés-phoques. Madame Shea a aussi donné son feu vert, en janvier dernier, pour une chasse de près de 39 000 phoques gris sur l'Ile de Sable, malgré l'opposition des écologistes. Un fonctionnaire du MPO Don Bowen a déclaré, lors d’une récente réunion publique, que si le gouvernement canadien autorise cette chasse à grande échelle sur l'Ile de Sable étalée sur cinq ans « ce n’est pas une décision scientifique, mais qu'elle est plutôt politique ou économique ».

 

En d'autres mots, ce massacre de milliers de phoques dans une aire de mise-bas ne sert qu’à répondre au lobbying agressif de l’industrie de la pêche commerciale qui depuis des décennies accusent les phoques de manger trop de poissons. D'après un rapport d'experts de l'ONU (Organisation des nations unies), les poissons pourraient disparaître des océans d'ici une quarantaine d'années. Et les coupables ne sont pas les phoques, mais plutôt certaines pratiques de la pêche commerciale qui depuis des décennies vident les océans sans aucune considération éthique ou écologique.

 

Même si on tue tous les animaux marins qui mangent du poisson, dauphins, belugas, requins, baleines ou oiseaux de mer, les morues ne reviendront pas, pas plus que les autres poissons. Tuer les phoques de l’Ile de Sable (ou d’ailleurs) pour renflouer les stocks de poissons n’est pas une solution à long terme, comme le confirme Mark Butler du Centre d'action écologique d'Halifax : « Si on commence à tuer les phoques pour préserver les morues, il faudra continuer pendant des siècles car la pêche a décimé leurs prédateurs naturels (tels les requins). C'est un cercle vicieux ».

 

source

Partager cet article

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article

commentaires