Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 11:26

Les récifs coralliensDéjà fragilisés par l'étoile de mer prédatrice, Acanthaster planci, les récifs coralliens ont une nouvelle fois souffert quand le cyclone Oli s'est abattu sur la Polynésie, a rapporté lun chercheur du CNRS.

Les 3 et 4 février, le
cyclone Oli, dont des rafales de vent atteignaient jusqu'à 260 km/h, avait fait un mort et détruit ou endommagé entre 500 à 600 habitations. Oli
était aussi accompagné de fortes vagues qui ont affecté les récifs coralliens.

"L'
étoile de mer
a déjà fragilisé le récif avec une destruction des certaines espèces de coraux. Les coraux
, qui étaient encore en place, même morts mais qui maintenaient la structure en trois dimensions, ont disparu" à leur tour, a déclaré le chercheur Serge Planes.
"Entre la surface et 15-18 mètres de profondeur, on n'a quasiment plus d'abris, de cavernes, de branches, dans lesquels vivent des invertébrés, des poissons, des crustacés" a-t-il rappelé


Que s'est-il passé ?


Acanthaster planci, qui pullule depuis 2006, a ravagé le corail dans les îles de la Société, l'archipel central de la
Polynésie
française.
 
Avant le passage du
cyclone
, "la structure physique des récifs, en particulier celle de la pente externe (zone la plus propice à la croissance de ces récifs grâce à une bonne oxygénation de l'eau), avait été peu affectée car les squelettes des colonies mortes étaient encore en place, suggérant une possible reprise" détaille le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

"La durée de repousse va être très longue, 10-15 ans au minimum, alors que si la structure est maintenue, on peut avoir un retour à la normale d'un récif vivant en 5-6 ans" selon Serge Planes. "Le risque, c'est de passer à quelque chose de complètement dominé par les algues pendant plusieurs années, voire des décennies" précise le chercheur.

source

Partager cet article

Repost 0

commentaires