Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 10:45




Les ours polaires meurent de faim, de moins de petits et de noyade parce que la banquise disparaît et leur recherche de nourriture devient de plus en plus difficile. Les scientifiques de l'US Geologic Survey disent que les ours polaires pourraient disparaître d'Alaska dans moins de 50 ans, conduit à l'extinction par la perte d'habitat et le réchauffement de la planète.


Nos ours polaires sont menacés d'extinction, et encore le gouverneur Sarah Palin a lancé un effort pour éliminer la protection des ours polaires menacés - une décision qui pourrait conduire à plus d'ours polaires en train de mourir de faim et de noyade, et plus d'être tués par de riches chasseurs de trophées .


En tant que gouverneur, Sarah Palin a été un désastre pour les ours polaires, les loups et les autres animaux sauvages. A un battement de coeur de la présidence, elle peut faire encore pire. Il est temps pour Sarah Palin de suivre la science et de cesser la restauration du "grand pétrole". S'il vous plaît signez notre pétition pour dire au gouverneur Palin de protéger les ours polaires.


PETITION

Merci pour les ours polaires
Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 10:45




http://www.captiveanimals.org/elephants/anne.htm

Toute personne songeant à se rendre au Bobby Roberts Circus - ne doit pas ignorer que ce cirque détient Anne, une éléphante de 55 ans souffrant d'arthrite et même si elle ne travaille plus, elle demeure debout dans une tente toute la journée sa patte liée à une chaîne pour qu'elle ne puisse pas se déplacer, balançant son tronc d'un côté à l'autre, signe évident de détresse....



Pour 6 dollars, les gens peuvent être pris en photo avec elle.

Born free (né libre) a offert de verser de l'argent contre sa libération dans un sanctuaire où elle pourait prendre sa retraite en paix et être avec d'autres éléphants, mais ce cirque a refusé et la misère sur son visage en dit long....

Anne a été capturée dans la nature au Sri Lanka quand elle avait cinq ans et elle a travaillé pendant 50 ans et ce cirque ne permettra pas son départ à la retraite qu'elle mérite après tout ce qu'elle lui a rapporté... cette compagnie de cirque emploie également des chiens, des chevaux et un chameau.

S'il vous plaît, boycottez ce cirque et signez cette pétition :

PETITION

Réponse de Bobby Roberts à l'offre de Born Free pour envoyer Anne dans un sanctuaire :
http://www.bobby-roberts.co.uk/anne-statement.htm

Laissez Anne en paix !

TRADUCTION DE LA LETTRE :

Nous, les signataires, demandons qu'Anne l'éléphante soit immédiatement libérée dans un sanctuaire avec d'autres éléphants, de sorte qu'elle puisse finir sa vie dans la paix et parmi ceux de son espèce. Nous demandons également que vous trouviez des foyers à long terme pour les autres animaux forcés de travailler dans votre cirque. Jusqu'à ce que ceci soit respecté, nous continuerons de boycotter "Bobby Roberts Circus", nous demanderons de faire de même à nos amis, familles et nous informerons les personnes par le biais de sites Internet.

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 11:38




L'analyse du génome d'une partie de la cellule de l'ours des cavernes, réalisée par des chercheurs français, montre que cette espèce qui s'est éteinte il y a 15.000 ans et l'ours brun ont divergé il y a quelque 1,6 million d'années.

Les scientifiques, qui publient lundi leurs résultats dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences, ont fait cette découverte en étudiant un os d'ours des cavernes (Ursus spelaeus) mis au jour dans la grotte Chauvet-Pont d'Arc (Ardèche - sud de la France),.

A partir de matière organique bien conservée, ils ont "purifié, amplifié et séquencé l'ADN de cet échantillon", et obtenu le génome complet, "composé de 17.000 nucléotides" (molécules biologiques) de la mitochondrie (partie cytoplasmique de la cellule), selon un communiqué du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

La mitochondrie "contient un ADN (...) qui fournit une information précise concernant l'évolution des organismes", se comportant comme "une +horloge moléculaire+ qui permet de définir à quelle époque deux espèces ont divergé", précise les deux organismes.

Ces travaux ont ainsi permis de "montrer que le dernier ancêtre commun à l'ours des cavernes et l'ours brun vivait il y a 1,6 million d'années". Cet ours primitif est également un ancêtre de l'ours polaire.

Jusqu'à présent, rappellent les auteurs de l'étude, les seuls génomes d'espèces éteintes décryptés étaient ceux du moa, un oiseau disparu il y a quelques centaines d'années, du mammouth laineux et du mastodonte, animaux vivant au pléistocène (1,6 million d'années).

La grotte Chauvet-Pont d'Arc, connue pour ses peintures pariétales, contient des milliers de restes d'ours des cavernes, dont la datation au carbone-14 a permis de découvrir que ces animaux y étaient présents il y a 32.000 ans.

L'ours des cavernes a vécu en Europe et au Proche-Orient de 300.000 ans à il y a 15.000 ans, époque où il a disparu.

Les analyses sur l'ADN mitochondrial ont été notamment réalisées par les chercheurs de l'Institut de Biologie et Technologies du CEA de Saclay (iBiTec-S).

La méthode utilisée, affirment les scientifiques, "démontre qu'il est possible d'obtenir les génomes de la mitochondrie d'animaux dont les restes sont trouvés dans le milieu souterrain, un environnement qui contient des ossements d'une grande variété d'espèces disparues". Jusqu'à présent, de telles études ne pouvaient être faites qu'à partir de la chair d'animaux figés dans le pergélisol de régions comme la Sibérie.

SOURCE

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 15:06
Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 14:20

À l'heure où le réchauffement climatique s'intensifie, l'Arctique est en passe de devenir un enjeu stratégique et économique majeur. Le glaciologue Olav Orheim est revenu sur les défis qui attendent la région ces prochaines décennies.

Depuis plusieurs années nous avons vu évoluer le réchauffement climatique en Arctique et ce réchauffement s'accélère (.). Si nous savons qu'une augmentation de la température de l'ordre de 2°C est supportable pour l'avoir déjà vécu, nous allons aujourd'hui vers des territoires inconnus, a alerté le glaciologue Olav Orheim, à l'occasion d'une conférence consacrée à l'Arctique et qui s'est déroulée au Palais de la Découverte de Paris, le vendredi 17 octobre.

Le scientifique norvégien s'est plus particulièrement penché sur le cas du Svalbard, l'une des régions les plus au nord de la planète. Plus connu en France sous le nom de Spitzberg, le Svalbard se situe en effet à seulement 1.300km du pôle et les 2/3 de son territoire sont recouverts de glaciers. Or, explique Olav Orheim, malgré sa position géographique privilégiée, cette région dont le climat était jusqu'ici arctique, connaît de premiers signes de réchauffement. C'est ce que prouve par exemple, l'apparition récente sur son territoire de nouvelles espèces venues du sud.

Pire encore en Arctique, la banquise dont la surface représentait environ 8 millions de km2 en 1979 est passée à 4 millions de km2 en 2008 provoquant une augmentation du niveau de la mer de l'ordre de 2 à 3 mm par an. Les prévisions concernant cette augmentation seraient par ailleurs plus basses que la réalité, estime le scientifique. Le mécanisme d'amplification ayant été sous-estimé, selon lui.

Enfin, la libération du méthane du permafrost inquiète plus particulièrement Olav Orheim. Bien que les émissions soient quantitativement moins importantes que celles du CO2, le méthane a un pouvoir réchauffant plus important. Par ailleurs, on ne peut pas arrêter sa diffusion.

Les prochains défis de l'Arctique

La communauté scientifique présage que le bouleversement climatique va amener le Grand nord à représenter un enjeu stratégique et économique important, dans les prochaines décennies.

En Arctique, le réchauffement entraînera en premier lieu, une modification des activités économiques telle que l'essor de la pêche ou encore de l'agriculture.

Dans un même temps, la fonte des glaces liée au réchauffement laisse entrevoir l'ouverture de certains passages maritimes, jusqu'ici difficilement navigables. L'accès au pétrole sera alors facilité. On pense en effet, qu'en dehors du Moyen-Orient, l'Arctique dispose des plus grandes réserves de pétrole inexploitées, indique Olav Orheim.

D'autres défis se révéleront plus inquiétants, comme l'affluence des touristes et des navigateurs qui vont être de plus en plus nombreux à vouloir se rendre au pôle nord . Nous devons répondre à certaines questions avant de laisser passer tous ces gens sur le territoire arctique, qui jusqu'ici n'accueille que des chercheurs, des scientifiques ou simplement des habitants .

M. BERNARD


SOURCE

Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 14:18

Depuis maintenant de nombreuses années, on entend parler de la destruction de la forêt amazonienne et des conséquences dramatiques qu'elle provoque. Si une véritable prise de conscience a l'échelle planétaire a permis de quelque peu limiter les dégâts, ce poumon de la nature est loin d'être sauvé pour autant. Le problème, c'est que lorsque l'on essaye de préserver ce qui peut encore l'être quelque part, les destructions se poursuivent à grande échelle ailleurs. C'est ainsi qu'en Indonésie la nature est en train de payer un énorme tribut au développement économique d'un pays que l'on ne connaît pas très bien dans nos contrées.

Cette nation n'est pourtant pas qu'un petit point lointain sur une carte. C'est au contraire un immense territoire de près de deux millions de kilomètres carrés, composé d'environ 17 000 îles, dont 6 000 habitées par l'homme. Les plus grandes, Java, Sumatra et Bornéo, regroupent une grande majorité des plus de 230 millions d'habitants qui en font le quatrième état le plus peuplé de la planète. On le voit, l'Indonésie occupe une place importante que ce soit sur un plan démographique ou géographique. Quant à son importance au niveau écologique, elle est tout simplement énorme. Avec l'Amazonie et le Bassin du Congo, il s'agit tout simplement d'une des trois régions du monde les plus riches sur le plan de la biodiversité.

Ce pays abrite environ 11% des espèces de plantes connues sur la planète, 10% des mammifères et 16% des oiseaux, un patrimoine inestimable mais en grand danger.

Depuis trop longtemps, ce pays s'est en effet lancé dans une déforestation à grande échelle. Depuis 1950, ce sont environ 70% des forêts naturelles qui ont purement et simplement disparu. Le commerce international du bois a été l'une des causes majeures de ce carnage et c'est aujourd'hui la florissante industrie de l'huile de palme qui aggrave encore la situation, des millions d'hectares de forêt primaire laissant la place à d'immenses plantations de palmiers. Certaines espèces emblématiques pourraient ainsi purement et simplement disparaître dans les décennies à venir. C'est le cas des orangs-outans (première photo), les singes les plus proches de l'homme, qui ne seraient plus que 6 000 aujourd'hui et pourraient avoir disparu dès 2020. Le tigre de Sumatra (photo ci-dessus) ne compterait plus que 500 à 600 représentants, tandis qu'il y aurait moins d'une centaine de rhinocéros de java encore en vie. Si l'on ajoute à cela les dangers pesant sur de très nombreuses autres espèces de mammifères, de batraciens et d'oiseaux, la situation n'est pas loin d'être catastrophique.

Dans ces conditions, chaque bonne nouvelle est bonne à prendre et le fait que le gouvernement indonésien vienne de signer un accord avec le WWF pour protéger les forêts tropicales de l'île de Sumatra est encourageant. Les gouverneurs des dix provinces de l'île se sont engagés à protéger les sites à haute valeur de conservation et à restaurer les écosystèmes en danger. Une telle action serait d'autant plus importante que de nombreux sites de cette région abritent des forêts de tourbières, dont la disparition accélère de manière plus que significative le réchauffement climatique. Un petit espoir vient donc de naître avec la signature de cet accord, mais le combat sera encore long et difficile pour sauver l'un des écosystèmes les plus riches de la planète.

SOURCE

Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 14:11



Il faut décidément avoir un «oeil de lynx» pour reconnaître les traces d'une belette, de celle d'une hermine, d'un pékan ou d'un vison. Dans Traces d'animaux du Québec, un guide édité chez Broquet et signé Mark Elbroch, l'amoureux de la nature aura de quoi s'occuper. Ce guide d'identification de différents mammifères qu'on trouve en Amérique du Nord est très précis, voire savant, tout autant dans ses explications générales de la science du pistage que dans ses photographies d'empreintes et de traces laissées dans la nature par nos amis sauvages.

Après un premier chapitre d'introduction sur les différentes approches d'observation du terrain, la moitié du volume est consacrée de manière très détaillée à l'étude des empreintes d'une trentaine de mammifères. Nous appendrons à bien différencier les griffes, les coussinets digitaux, les coussinets plantaires et les ergots de chaque animal et les marques très particulières laissées par les animaux à sabots.

Une bonne partie du chapitre est consacrée à l'apprentissage des différentes allures - le pas, le trot ou le galop - des animaux selon l'emplacement des empreintes des pattes antérieures et postérieures. En sachant reconnaître l'allure de l'animal, le pisteur pourra comprendre comment l'animal de déplace et dans quel état d'esprit il évolue.

 

L'auteur ne lésine pas sur les images. De très nombreuses photographies, des coupes, et des dessins grandeur nature viennent illustrer le volume, véritable petite bible du randonneur passionné de nature sauvage. Avec l'étude des empreintes vient forcément aussi l'analyse des excréments et de l'urine de ces petites bêtes. Outil d'ailleurs indispensable pour qui veut comprendre leur alimentation et leur comportement. Par exemple, les différences entre les restes du lynx roux, du loup gris ou du coyote sont aussi marquées que les distinctions entre les empreintes elles-mêmes.

Les marques sur les végétaux sont autant de signes de reconnaissance du passage des différents mammifères. Ainsi, ours et orignaux ne s'attaquent pas aux arbres uniquement pour se nourrir, mais aussi pour marquer un territoire en se frottant le corps ou la tête pour y laisser leur odeur.

Avec un livre aussi précis et aussi bien illustré, le débutant, tout comme l'amateur aguerri, pourra y trouver son compte. Le volume est d'abord paru en anglais en 2003, sous le titre Mammal Tracks&Sign, chez Stackpole Books. On regrette qu'il n'y ait pas une courte biographie de l'auteur et écologiste américain Mark Elbroch, qui semble infiniment calé dans le domaine. En tapant son nom sur l'internet, on apprend que ce dernier a plusieurs livres à son actif et qu'il se spécialise depuis quelques années dans l'étude du couguar de Californie.

________________________________________________________________________________

Traces d'animaux du Québec, de Mark Elbroch, Éditions Broquet, 360 pages. 29,95 $, www.broquet.qc.ca

 SOURCE

Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 14:00


Le massacre aérien de chevaux sauvages a eut lieu avec l'appui du gouvernement et de la RSPCA, dans l'État du Queensland en Australie.

L'Australie ne serait pas ce qu'elle est sans l'aide de ces merveilleux animaux.
Le Brumby sauvage est une partie intégrante de notre patrimoine culturel.
Dans la paix et la guerre, ils nous ont donné leurs coeurs et leurs vies.


===> PETITION


Merci pour les chevaux sauvages


TRADUCTION DE LA LETTRE :

Nous, soussignés, sommes très préoccupés au sujet de cette inhumaine et cruelle méthode d'abattage.
Particulièrement l'abattage des juments enceintes ou accompagnées de leurs poulains. Il existe des moyens plus humains de régulation (si nécessaire)de ces animaux intelligents, robustes et magnifiques.


Nous, les signataires demandons immédiatement un terme à l'abattage aérien des chevaux sauvages.
Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 13:25



Le conseil d'administration du "Living Desert" est en train d'établir des plans pour développer plusieurs de leurs enclos, comprenant celui du lion d'Afrique et du suricate ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Suricate ). Ils ont comme plan de les placer à côté l'un de l'autre dans une tentative de stimuler les Lions. Ce sera trop stressant pour les suricates et mettra en danger leur existence. Il est un fait connu que la femelle dominante Tulle, a déjà été soumis à beaucoup de stress dans sa vie, en étant prise dans un effondrement. Elle a également été traitée avec succès pour les maladies osseuses, ce qui est la raison pour laquelle elle apparaît sur cette photo, sans sa patte avant droite.

S'il vous plaît lisez l'article en ligne du journal Desert Sun, en cliquant sur ce lien :

http://www.mydesert.com/article/20081016/NEWS01/810150333/1026/news12

S'il vous plaît signez cette pétition qui sera présentée au Conseil d'administration à la fin. Aussi puis-je vous demander, s'il vous plaît de transmettre cette pétition à vos amis et votre famille, afin qu'ils puissent également contribuer à la protection des suricates du "Living Desert".

Voici la lettre que vous approuvez en signant cette pétition :

Le conseil d'administration de "Living Desert",

S'il vous plaît rappelez-vous qu'en tant que gardiens de la faune sauvage dans vos soins, votre principal objectif est de les protéger du mal.

En mettant l'enclos des suricates a coté et en pleine vue de l'enclos des lions d'Afrique, vous les soumettez à des niveaux élevés de stress qui, à leurs tours éleveront leurs niveaux de cortisol qui en fin de compte, nuira à leur santé et longévité.

S'il vous plaît examinez le bien-être des suricates dans vos soins. S'il vous plaît réexaminez la mise des lions d'Afrique ailleurs dans l'enceinte de votre vaste et beau zoo.

Je vous remercie de votre examen de cette question.


PETITION

Merci pour les suricates de "Living Desert"
Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 13:23




A Feroe, Danemark, chaque année, les jeunes garçons de l'île vont à la plage et tuent des animaux innocents.

Le dauphin de Risso ( http://baleines.etc.free.fr/fiches/FSdauphinderisso.htm ) est un animal aimant jouer ressentant de la curiosité envers le genre humain. Quand ils atteignent la plage, ils sont piégés par ce peuple barbare qui sans pitié tue tous les dauphins qu'il peut atteindre. En faisant cela, les hommes jeunes prouvent qu'ils ne sont plus des enfants et sont maintenant des adultes.

Il s'agit d'un acte de cruauté envers les animaux qui viennent seulement près d 'eux pour jouer.

Je crois que le genre humain a assez évolué pour ne plus tolérer un tel acte ou participer à cette cruauté. J'espère que cette pétition arrivera jusqu'à quelqu'un qui puisse faire quelque chose pour arrêter cet acte de cruauté d'un pays "civilisé".

 PETITION

MERCI pour les Dauphins de Risso

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article