Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 12:42



 
Le loup du Mexique


Le Sitgreaves Apache National Forest, situé dans l'est de l'Arizona où rôdent les loups gris du Mexique, a proposé une nouvelle politique exigeant l'élimination correcte des carcasses de bétail - pour la première fois, les propriétaires de bétail seraient chargés de la responsabilité de prévention de conflits avec les loups. S'il vous plaît apportez votre soutien à cette politique.

Si non enlevés, les restes de bovins (et parfois les chevaux et les moutons), décédés de mort autre que celle causée par les loups, servent à attirer les loups à proximité des bovins vivants et ces animaux domestiques pourraient remplacer leurs proies naturelles - ce qui alors vaudrait aux loups d'être tués par le gouvernement en guise de représailles.

La nouvelle politique aurait pour effet d'interdire le piégeage des loups attaquant les animaux domestiques, et ainsi sauver la vie des loups. Les massacres « de commande prédatrice » minent le rétablissement du loup mexicain, le mammifère le plus mis en danger de l'Amérique du Nord, et le changement proposé aiderait le loup

Empêcher que le loups soient habitués à l'élevage du bétail permettra également de réduire les conflits "loup-éleveurs", tout en aidant les loups à reprendre leur rôle écologique pour le maintien en bonne santé des troupeaux d'élans et de cerfs.

Votre courrier électronique à Forest Service peut aider à garder l'agence résolue, si cette disposition passe le stade de projet Apache-Sitgreaves Revised Forest Plan, qui va guider la gestion de cette forêt pour les années à venir.

PETITION


Quel est l'enjeu :

L'officiel examen triennal (alias Paquet Rapport) du programme de la réintroduction du loup mexicain, écrit par un groupe de scientifiques indépendants, a informé de la "nécessité [ant] des opérateurs du bétail sur les terres publiques à prendre une certaine responsabilité pour la gestion et l'élimination des carcasses pour réduire la probabilité que les loups s'habituent à l'alimentation des animaux. " La Société américaine de Mammalogistes a également prié instamment de "protéger [ant] les loups des conséquences sur la récupération de carcasses de bétail». Plusieurs cas ont vu le jour de loups qui à l'origine avaient l'élan pour proie et ne tenaient pas compte des vaches - après avoir gouté aux carcasses de bétails morts - ont appris a avoir les vaches pour proie et ignorer l'élan.

Jusqu'à présent, aucun organisme gouvernemental n'accepte la responsabilité. Le Service des forêts, qui gère la terre, a dit au Fish and Wildlife Service de mettre en place une politique des loups. Et le Fish and Wildlife Service, renvoie à un groupe de six organismes gouvernementaux, y compris lui-même et le Service des forêts, qui s'opposent à rendre des propriétaires de bétail responsable en aucune façon empêcher la récupération et l'accoutumance. Cette Catch-22 a été mortelle pour les loups.

Malgré l'abondance de l'élevage, 88 pour cent de ce que les loups mexicains mangent se compose d'ongulés, tels que les cerfs et les wapitis, et seulement quatre pour cent du bétail (y compris ce qu'ils récupérent, mais qu'ils n'ont pas tué), selon la seule étude sur l'alimentation des loups depuis leur réintroduction en 1998. Mais la population de loups est si faible (52 animaux, dont seulement trois couples reproducteurs au début de cette année), et les règles draconiennes, que les réponses officielles à la la déprédation occasionnelle du bétail sert pour contrecarrer le plan de recouvrement.

Les bovins, les moutons et les chevaux meurent dans les forêts nationales de maladie, de poisons, de mauvaises herbes, de la foudre, de collisions entre véhicules, d'autres prédateurs, de chutes et de problèmes d'accouchement, entre autres causes. Leurs carcasses peuvent être rendus impropres par le biais de plusieurs moyens, y compris la chaux corrosise.

Le proposition du Service des forêts se présente sous la forme d'une ligne dans son projet de conditions voulues pour le plan révisé des forets pour les Apache-Sitgreaves National Forests : "les carcasses de bétail ne sont pas disponibles pour le "recyclage" à l'intérieur de la zone mexicaine Wolf Recovery."

La brièveté de la proposition et le caractère informel (il y a une Blue Wolf Recovery, mais aucune zone officielle de valorisation), cache son importance en tant que condition pour mettre en œuvre par le biais de nouveaux termes écrits dans les permis de pâturage une fois le plan finalisé.

S'il vous plaît faites état de votre soutien pour la disposition et la demande soient applicables non seulement dans la partie de la zone Blue Wolf Recovery de Apache National Forest (qui se compose de l'ensemble des forets nationales de Gila et Apache), mais sur toutes les terres régies par le plan forestier révisé des forets nationale Apche-Sitgreaves. Les chefs de l'administration d'Apache-Sitgreaves pourraient même inspirer la forêt nationale de Gila à assumer la responsabilité prochaine.

Merci pour les loups gris du Mexique

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 11:39
Des bébés tortues vont être rejetées dans le Pacifique le 10 octobre 2008 à Zipacate (170 km au sud de Guatemala City (Photo Johan Ordonez/AFP)


Des centaines de bébés-tortues de mer ont été "libérés" sur des plages du Pacifique au Guatemala dans une grande opération de préservation organisée par les autorités, a annoncé lundi le Conseil national des zones protégées (Conap).

L'opération, organisée vendredi, Journée nationale de la tortue marine au Guatemala, entrait dans le cadre de la stratégie gouvernementale de protection de cet animal menacé par la pêche artisanale et commerciale, et par la récolte sauvage de ses oeufs, a expliqué la directrice du Conap, Claudia Santizo.

Les femelles de six des sept espèces de tortues marines existantes viennent pondre sur les plages du Guatemala, surtout sur celles du Pacifique.

"Toutes les espèces fréquentant notre pays sont en danger d'extinction", selon le Conap.

Le Guatemala a protégé 19 sites sur des plages, des "tortugarios" où des agents du Conap veillent jusqu'à l'éclosion sur les oeufs apportés sur place par des "récolteurs" volontaires. Ils rassemblent ensuite les bébés-tortues pour leur épargner l'épreuve souvent mortelle des quelques dizaines de mètres de plage qui les séparent des vagues. A chaque saison, près de 100.000 bébés-tortues sont ainsi mises à l'eau.

Jusqu'ici, ces mesures de protection ne concernent que 20% de la ponte sur les plages du Guatemala, selon le Conap.

Les tortues, recherchées pour leur chair, sont victimes de la pêche, et leurs oeufs sont également très appréciés.

SOURCE

Repost 0
Published by Cleopha - dans INFO
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 07:00


S'il vous plaît, joignez-vous à notre campagne en faveur de la création de refuges pour les baleines et les dauphins, en signant la pétition ci-dessous. Sinon, vous pouvez télécharger une version imprimable.

La campagne appelle à 12 grands refuges, très protégés pour les baleines et les dauphins, appelés  Marine Protected Areas(aires marines protégées), d'ici 2012. La pétition sera présentée aux gouvernements et aux accords internationaux de conservation en Juin 2009 à la fin de la Volvo Ocean Race à Saint-Pétersbourg, en Russie.

La survie des baleines et des dauphins - et l'avenir des océans du monde - dépend des mesures prises dès maintenant !

S'il vous plaît ajoutez votre nom à la pétition et parlez de notre campagne à vos amis et à votre famille.

PETITION



Chaque jour, les baleines et les dauphins risquent d'être pris dans les filets de pêche, empoisonnés par des produits chimiques, harcelés, chassés, affamés et chassés de l'endroit où ils se nourrissent, se reproduisent et se réfugient.
Pourtant, quelques-uns des domaines, même les plus en danger dont les populations dépendent pour leur survie, sont protégés.

Durant toute leur vie, ces mammifères sociaux ont besoin de sécurité dans l'océan - des lieux protégés où ils peuvent élever leur famille, trouver de la nourriture, du repos et jouer.

La nécessité pour de grands refuges hautement protégés et sûrs est urgente.

Je, soussigné(e), demande que les dirigeants de mon gouvernement, les gouvernements du monde entier et les conventions internationales de conservation travaillent ensemble pour créer un réseau mondial de zones marines protégées pour les baleines et les dauphins, et autres formes de vie marine ainsi que pour les écosystèmes.
 
Tous les champs marqués d'une * doivent être remplis. Merci.

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 15:07


REGALEZ-VOUS CLIQUEZ !

2007_12_28_Bestiaire.pps

Repost 0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 13:12

Le réchauffement climatique va entraîner une hausse du niveau de la mer d'un mètre d'ici 2100 alors que le scénario déjà assez pessimiste faisait état d'une hausse de 0,59 mètre. L'augmentation des émissions de gaz à effet de serre a fait doublé voire triplé la fonte des glaciers de l'Himalaya et de la calotte glacière du Groenland.

La fonte des glaciers

Les émissions de dioxyde en constante augmentation

En dépit des sonnettes d'alarme tirées par les experts du monde entier, les émissions de dioxyde de carbone, responsable du réchauffement  climatique, continuent d'accroître de 3,5% par an. Il y a vingt ans, le rythme d'augmentation annuelle de ces émissions était de 1% selon des experts.
Et l'essor de pays émergents comme la Chine et l'Inde, qui utilisent beaucoup de centrales à
charbon, pénalise aussi la planète.
"Chaque hésitation et attente aggrave le risque que les objectifs climatiques ne soient plus irréalisables" constate Joachim Schellnhuber.

Le GIEC renonce à donner des chiffres

Dans son quatrième rapport publié en 2007, le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) avait renoncé à chiffrer la hausse possible du niveau des océans au 21e siècle.
Ce refus de...chiffrer fait suite aux différentes inconnues pesant sur l'évolution du
Groenland et sur l'Antarctique, qui sont les deux principales réserves de glaces du globe. Les estimations les plus pessimistes prédisent qu'une  fonte totale du Groenland provoquerait une élévation de la mer de sept mètres. Quant à la fonte de l'Arctique, elle pourrait encore s'accélérer.

SOURCE
Repost 0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 12:48


Les 250 chercheurs réunis pour le plus important colloque jamais consacré à l'acidification des océans à Monaco ont dressé un tableau assez sombre de ce phénomène provoqué par le réchauffement climatique.
 
Les océans se réchauffent
Un phénomène causé par les activités humaines

L'acidification des océans est provoquée par l'absorption dans la mer du CO2 produit par les activités humaines, à raison de 22 millions de tonnes par jour. Il en résulte une formation d'acide carbonique ayant pour effet de diminuer la quantité de minéraux nécessaires au développement d'un certain nombre d'organismes marins.
 


Répercussions écologiques et économiques

Les conséquences pourraient être considérables :

  • D'importants bouleversements dans les stocks de poissons commerciaux
  • Le ralentissement de la croissance des récifs coralliens et sa fragilisation
  • L'augmentation du dioxyde de carbone dans l'atmosphère (effet de serre)


Continuer les recherches sur l'acidificationCoraux

La connaissance des conséquences de l'acidification sur l'écosystème et réaction de celui-ci par rapport au phénomène ne sont encore que partielles.
 
De plus, il s'avère que les eaux acides et corrosives qui sont en profondeur commencent à remonter sur la côte nord-ouest du Pacifique, celle de l'Alaska, du Canada, du nord des Etats-Unis et arrivent sur la zone côtière.
 
Ainsi, les chercheurs appellent les responsables politiques mondiaux à soutenir le travail de recherche sur l'acidification des océans afin de réduire les incertitudes et faire des projections utiles dans les domaines écologiques et économiques.
 

source

Repost 0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 12:30


L'ex-Premier ministre PS et député européen Michel Rocard a défendu à Bruxelles un projet de résolution appelant le conseil des ministres européen à ouvrir une négociation internationale sur la protection de l'Arctique.
 
Protection de l'équilibre thermique de la calotte glaciaire
Ce traité porterait sur la sécurité de la navigation alors que le passage du nord à travers l'océan Arctique, le long des cotes américaines s'est ouvert en été 2007. Il impliquerait que « tout projet capable de produite de l'énergie, donc de porter atteinte à l'équilibre thermique de la calotte glaciaire, soit soumis à des autorisations draconiennes » explique M. Rocard. Les eurodéputés procéderont au vote ce jeudi 9 octobre.


Fonte de l'arctique

Cet été, au mois d'août, la banquise d'arctique a enregistrée la deuxième plus forte fonte depuis le début de l'observation satellitaire effectuée depuis 30 ans.


Le Grenelle planche aussi sur le sujet
Le député PS Jean-Yves Le Déaut a déposé un amendement similaire à la loi Grenelle 1, dont l'examen commençait mercredi soir à l'Assemblée, par lequel la France s'engagerait à promouvoir l'adoption d'un traité international relatif à la protection de l'environnement arctique.

SOURCE
Repost 0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 12:20

Le réchauffement climatique est en train de faire une nouvelle victime, le plateau tibétain. Le réchauffement climatique, qui entraîne la fonte des glaciers, risque d'accélerer l'érosion du plateau tibétain en renforçant notamment l'activité des cours d'eau qui traversent l'Hymalaya. C'est ainsi que le risque de graves inondations sera accentué. Depuis la nuit des temps, l'avancée et le recul des glaciers ont façonné le paysage et ont joué un rôle primordial dans le climat hymalayen.

Plateau tibétain

"Si les glaciers reculent, les eaux de fonte vont augmenter et accroître la force d'érosion des rivières de la région. Des lacs naturels  vont probablement se former derrière les moraines. Certains de ces lacs pourraient provoquer de catastrophiques inondations à la suite des  ruptures de digue avec de graves conséquences pour les populations locales ou celles vivant en aval. Outre l'érosion, le relief de l'Himalaya est aussi façonné par de puissants  mouvements tectoniques" prédit Olivier Korup de l'Institut fédéral suisse de recherches sur la forêt, la neige et le paysage.

SOURCE
Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 14:20
Des forêts tropicales d'Amérique centrale aux montagnes de la Sierra Nevada en Californie, le réchauffement climatique contraint espèces animales et végétales à migrer à des altitudes plus élevées pour survivre, selon des études parues jeudi.

Or, ces migrations risquent d'être compromises par l'activité humaine qui fractionne les habitats naturels, comme les coupes claires dans les forêts.

Selon les auteurs d'un des rapports, la température moyenne dans les zones de climat tropical a augmenté de plus de 0,75 degré centigrade depuis 1975 et les modèles climatiques prévoient une hausse de plus de trois degrés au cours du siècle prochain dans les forêts tropicales d'Amérique centrale et du sud.

Un tel réchauffement va modifier les zones de températures de 600 mètres en altitude, selon l'écologiste Robert Coldwell, de l'université du Connecticut (est), principal auteur de ce rapport paru dans la revue Science du 10 octobre.

Les espèces tropicales vont devoir probablement migrer vers de plus hautes altitudes pour trouver des températures qui leur conviennent, estime-t-il.

Ces scientifiques ont recueilli des données sur près de 2.000 espèces de plantes et d'insectes à différentes altitudes sur les pentes recouvertes de forêt tropicale d'un volcan au Costa Rica culminant à près de 3.000 mètres.

Ils ont découvert qu'environ la moitié de ces espèces vivaient dans des zones très étroites en termes d'altitude et qu'un réchauffement modifiant l'échelle des températures de 600 mètres en altitude allait les forcer à s'adapter à un environnement totalement nouveau.

L'écologiste souligne que de telles migrations des plantes et animaux vers de plus hautes altitudes se produit déjà sous des latitudes plus tempérées, où les températures ont davantage augmenté.

Ce phénomène, observé par exemple dans les Alpes pour des végétaux, a été également constaté dans le parc national de Yosemite, dans les montagnes de la Sierra Nevada en Californie (ouest), selon une recherche également publiée jeudi dans Science.

Le réchauffement climatique de ces dernières décennies a ainsi forcé de nombreux petits mammifères à vivre à des altitudes plus élevées, selon cette étude conduite par Craig Moritz, biologiste de l'Université de Californie à Berkeley.

Cette recherche visait à comparer l'état des populations de petits mammifères présentes aujourd'hui dans le célèbre parc à celles de 1918, date du précédent grand recensement.

Les chercheurs ont constaté qu'au cours de cette période de 90 ans, la moitié de ces espèces comme les écureuils, les musaraignes et les souris ont migré vers des altitudes plus élevées.

"La raison qui saute au yeux est le réchauffement climatique", estime Craig Moritz.

La partie centrale de la Sierra Nevada connaît un réchauffement général, comme l'indiquent une hausse de trois degrés Celsius des températures minimales nocturnes ces dernières décennies et la fonte des glaciers.

"Ces changements dans la composition de la faune se produisent depuis toujours mais probablement pas à un rythme aussi rapide, à savoir la durée d'une vie humaine", relève James Patton, professeur retraité de biologie de l'Université de Californie, l'un des co-auteurs de ces travaux.

Selon lui, ces changements sont trop rapides et risquent de compromettre l'écosystème.

"C'est tout simplement quelque chose que nous ignorons et si je pouvais, je préférerais diminuer le rythme de ces changements", ajoute le biologiste.

Le phénomène mis en évidence à Yosemite confirme la nécessité de maintenir des zones protégées, par exemple des parcs nationaux, dans lesquelles les espèces peuvent migrer en réponse au changement climatique, sans subir les interférences de la présence humaine qui perturbe ces mouvements, soulignent les auteurs de l'étude.

SOURCE

Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 11:38




Je tiens à exprimer mes sincères remerciements pour votre engagement récent à restaurer les écosystèmes critiques à Sumatra et à protéger l'incroyable biodiversité de l'île. 

Comme vous le savez, Sumatra est l'un des pays détenant les forêts les plus diverses - et en danger - de la planète, qui fournissent les moyens de subsistance à des millions de personnes et qui habritent des espèces rares. Mais depuis 1985, l'île a perdu près de 50% de sa superficie pour cause d'exploitation forestière et d'agriculture.

En signant le premier engagement à protéger la biodiversité, vous avez fait un grand pas pour assurer un avenir durable à l'île de Sumatra.

Je vous remercie encore pour votre engagement et vous exhorte à poursuivre vos efforts pour protéger les forêts de Sumatra.

PETITION

Repost 0