Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 15:15

Je diffuse :

Emoi dans une classe de Verbier cette semaine. Une vipère se promène dans la salle! Un herpétologue, Yves Brunelli, est appelé à la rescousse. Il nous dit tout ce qu'il faut savoir sur ces serpents.

Lundi, Yves Brunelli était dans une école de Verbier pour y déloger une vipère. Il y a quelque temps, il est intervenu pour mettre un terme aux pérégrinations d'un python de trois mètres abandonné par son éleveur et qui s'est retrouvé dans une buanderie sédunoise.

Selon les années, cet herpétologue averti est appelé entre dix et quarante fois par la police pour soulager de braves citoyens de la présence de serpents. Une bonne partie de ces interventions concernent les vipères.. «La vipère est un serpent venimeux dont les morsures peuvent être graves, surtout en cas d'allergies», déclare-t-il.

L'effet du venin

Yves Brunelli, le venin, il connaît. «L'an passé, j'ai été mordu trois fois en l'espace d'un mois et demi. La troisième fois, j'ai bien cru que j'allais y rester. J'ai vomi pendant des heures. C'est sans doute à cause de l'accumulation du venin. Depuis, j'utilise des gants de soudeur lorsque je manipule les vipères.»

Mais s'il s'est fait mordre, ce n'est pas parce qu'il a été attaqué. «Les vipères sont pacifiques. Elles mordent si, par exemple, on pose la main sur elles par inadvertance. Mais aussi lorsque des gens essaient de les tuer.» Il faut dire que ces serpents ont mauvaise réputation. «Pour les personnes âgées surtout, une vipère, ça ne sert à rien. Au contraire, c'est nuisible et dangereux. Pour eux, c'est donc un animal à tuer.» Bien que cela soit, à l'instar de tous les reptiles, un animal protégé.

Où les voir... ou les éviter

En Valais, la plus grosse population de vipères se trouvent entre 1400 et 1800 mètres d'altitude. «C'est là que se situent les biotopes les mieux adaptés à elles, avec des murets et des pierriers. Par contre, en plaine, elle est plus rare. On en trouve cependant dans de nombreux endroits de la plaine du Rhône.» La vipère s'adapte à son environnement. Très discrète, elle vit souvent à quelques mètres des habitations, mais aussi sur des chalets d'alpage ou même sur les socles en béton des pylônes des remontées mécaniques.

Bien présentes au printemps

Au printemps, elles deviennent plus visibles. «Les mâles sortent en premier d'hibernation, deux ou trois semaines avant les femelles. Ils se mettent alors à chercher une partenaire et, pour cela, ils se déplacent sur plusieurs dizaines de mètres, alors que le reste de l'année, ils sont plutôt statiques. C'est pour cette raison qu'au printemps, on les retrouve dans des lieux inhabituels.» Comme des caves, par exemple.

Par contre, cet animal devient plus rare en plein été. «La vipère, qui est un animal à sang froid, a besoin de chaleur, sans quoi elle est engourdie. Par contre, elle n'aime pas les fortes chaleurs. En juillet et août, lorsqu'elle a emmagasiné son quota de chaleur, elle n'a plus de raison de s'exposer. Il est donc rare de les voir, mis à part tôt le matin ou en fin de journée.» Dans les périodes caniculaires, les mâles, surtout, prennent parfois de l'altitude. «J'en ai vu à 2800 mètres, à la recherche de nourriture.»

Pour éviter les problèmes

Pour éviter les morsures, Yves Brunelli donne ses conseils. «Il faut éviter de s'asseoir au milieu d'un pierrier. Si on s'y aventure quand même, il faut faire du bruit, ce qui fera fuir les serpents.»

Si on en voit une, inutile de paniquer. «Elle ne saute pas sur les gens. Elle ne se met pas en boule pour attaquer. Elle ne «court» pas non plus après les gens, contrairement à ce que dit la croyance populaire. Au contraire, elle se cache et fuit.» En cas de morsure, les premiers symptômes apparaissent après une heure, voire une heure et demie. Le temps de prendre contact avec un médecin. «Sans paniquer», conseille encore Yves Brunelli...

Un conseil certainement difficile à suivre...


SOURCE
Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 15:11

Je diffuse :


CLERMONT-FERRAND CORRESPONDANT

Un ballon captif gonflé à l'hydrogène doit venir s'amarrer pendant tout le mois de juin sur la cime de la forêt de la Comté, à 25 kilomètres au sud de Clermont-Ferrand. A son bord, des scientifiques d'une dizaine de pays se relaieront pour étudier la biodiversité animale (essentiellement celle des insectes) et végétale de 1 500 hectares de chênes, de charmes et de tilleuls. La "Bulle des cimes" - c'est le nom de cet aéronef de 7 mètres de diamètre - est l'héritière du "Radeau des cimes" dont la première mission avait eu lieu en 1984 sur la canopée de la forêt guyanaise.

"Dans le milieu des années 1980, les scientifiques ont pris conscience de l'importance de la biodiversité de la canopée des forêts tropicales", explique Bruno Corbara, maître de conférences à l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand et directeur scientifique de la mission auvergnate. "Malheureusement, les milieux naturels disparaissent plus vite qu'on ne peut en recenser les espèces", poursuit cet étho-écologue, spécialiste des sociétés de fourmis. Cette course contre la montre a mené les missions du Radeau des cimes de la Guyane à l'Australie, en passant par le Cameroun, le Gabon et le Vanuatu. La dernière mission a été menée en 2003-2004 au Panama. "Nous avons prélevé un demi-million d'individus et déjà découvert plusieurs centaines de nouvelles espèces, en particulier chez les coléoptères", précise M. Corbara.

SORTE D'OVNI

L'"expédition" auvergnate est inédite et marque une inflexion. C'est la première fois qu'une forêt européenne tempérée est étudiée. Qui plus est une forêt où l'intervention humaine est ancienne et importante. La moisson d'espèces nouvelles sera sans aucun doute moins riche que sous les tropiques. "Ce n'est pas notre priorité, affirme Bruno Corbara.. L'idée est de faire un point zéro de la biodiversité d'une forêt européenne. En réunissant assez rapidement un important corpus de données, il sera possible de faire le suivi d'un certain nombre de familles végétales et animales." Le point zéro pourrait avoir deux objectifs : d'abord, mettre en évidence les interactions entre l'activité humaine et l'évolution de la biodiversité et, d'autre part, mesurer l'impact du réchauffement climatique.

Dans le monde scientifique, la Bulle des cimes est une sorte d'ovni. Le programme de recherches se fait en marge de l'univers académique des universités et des organismes de recherche. Les missions "radeau des cimes" sont portées depuis 2002 par une association, Pro Natura International, qui a lancé le programme Ibisca (Inventaire de la biodiversité du sol à la canopée). "Il serait très difficile d'imaginer ce type de recherches dans un contexte institutionnel, estime M. Corbara. Ibisca est avant tout un réseau qui nous permet de travailler avec des scientifiques de très haut niveau mais aussi avec des amateurs éclairés, comme ici en Auvergne avec ceux de la Société d'histoire naturelle Alcide d'Orbigny. Cela nous donne une liberté scientifique totale."

La mission Ibisca-Auvergne est en partie financée par le conseil régional d'Auvergne et le conseil général du Puy-de-Dôme. Propriétaire d'une partie de la forêt de la Comté au titre de sa compétence en matière de protection des espaces sensibles, ce dernier est demandeur de recommandations pour la gestion de cet ensemble classé "espace naturel sensible". "Nous donnerons un avis sur l'impact des différents modes d'exploitation de cette forêt sur sa biodiversité" , promet Bruno Corbara.

Manuel Armand

SOURCE
Repost 0
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 16:19
Je diffuse :


François Hugo se bat seul depuis bien longtemps pour venir en aide aux otaries de Namibie.

Qui est François Hugo :

François Hugo est l'une de ces personnes dont l'amour profond pour les otaries à fourrure se manifeste dans une rage, une passion qui alimente à la fois sa colère à l'injustice faite aux phoques et sa compassion à faire tout ce qu'il peut pour défendre et protéger les phoques.

François Hugo est un berger qui se consacre à ces créatures merveilleuses et il a besoin de d'assistance de toute personne pour le soutenir.

Voici un homme qui ne demande pas pour rien, mais appelle aux personnes à rejoindre son appel au gouvernement de l'Afrique du Sudet maintenant au monde d' aider à protéger et sauver les otaries.

C'est pourquoi votre signature à la pétition qu'il adresse aujourd'hui au monde est une aide que nous pouvons lui apporter, ça ne nous prend que quelques instants........essentiels à leur survie !


Signez svp la pétition :Déclaration pour la protection de l'otarie à fourrure du Cap-de l'Afrique australe

Merci pour les otaries à fourrure



Traduction de la pétition :

Citation :

Pour : Le monde

Déclaration pour la protection de l'otarie à fourrure du Cap-de l'Afrique australe.

Nous, les citoyens du monde, sont autorisés légalement et habilitée à demander au gouvernement de l'Afrique du Sud, la Namibie et l'Angola d'accepter leur obligation de promouvoir et de protéger les phoques à fourrure du Cap. Un des mammifères marins d'espèces sauvages, qui en vertu de droit international commun est défini comme rus nullius, appartenant à personne, et que l'on trouve nulle part ailleurs dans le monde.

Pétition Cette déclaration vise à regrouper tous distincts individuels actuels des pétitions, qui, collectivement, ont reçu le soutien de plus de 42 000 citoyens de plus de 80 pays à travers le monde.

De reconnaître que les mammifères marins n'est pas un poisson, et que la pêche commerciale n'est pas un droit, si elle met en danger l'écosystème marin-système dans une partie ou la totalité ou une des espèces à l'intérieur ou à la survie est menée d'une manière ou diminue en cours populations au-dessous de leur niveau de la population de reproduction.
- Nous avons besoin de ces gouvernements de prendre les mesures suivantes pour assurer la survie de cette espèce, qui a été déclarée un danger Annexe II par les Nations Unies - Convention dans le commerce de espèces menacées d'extinction (CITES) en 1977: --

Comme ce haut régions prédateur marin, y compris les joints de la pêche de consommation nécessaires à leur survie dans toutes les informations commerciales pratiques de pêche durable, la bio-masse des estimations et des quotas, comme une première priorité.
Plus précisément, que ce n'est pas maintenant ou dans l'avenir leur consommation de poissons nécessaires à leur survie être un facteur jamais utilisées contre leur protection.

De cesser toute interférence dans les activités d'alimentation des phoques, mouvement migratoire, l'élevage et le comportement de reproduction des habitats endémiques.
Plus précisément, en présentant une législation visant à protéger certains sceau îles, ce qui représente pas moins de 20 pour cent de leur ancien habitat île et par superficie. De déclarer que la mer environnante dans un rayon de 200 km autour de chaque sceau habitat de reproduction comme un sanctuaire marin avec une pêche ou un bateau de pêche entrée.

Pour déclarer leur population aériennes enregistrées par les enquêtes sur la population en 2000 que le critère sur lequel toutes les futures évaluations de conservation seront fondés.
Plus précisément de reconnaître que les espèces est n'est pas encore remis de la surexploitation et l'extinction de près les siècles passés de l'activité humaine.

De cesser toute Sceau de rebut, d'étanchéité, Seal Clubbing ou toute forme de contrôle de la population de cette espèce vivant dans un écosystème marin.
Plus précisément, pour mettre fin à l'abattage annuel de bébés-phoques et de taureaux en Namibie et toutes les formes de shoo-ment loin de phoques habitat de reproduction ou toute forme de sceau de tir en mer, sur terre s'il ya lieu de protéger d'autres espèces ou pour le sport ou pour trophée la chasse.

Pour supprimer toutes les formes d'instruments ou de matériel de pêche commerciale des pratiques qui sont néfastes pour l'écosystème marin-système ou chaque sceau.
Plus précisément, d'interdire tous les instruments utilisés pour tuer ou perturber ou effrayer les phoques loin en utilisant des explosifs, des clubs, des couteaux ou des armes à feu. Pour prévenir toutes les formes de non-matériau biodégradable utilisé dans l'industrie de la pêche, ce qui entraîne une mutilation ou sceau enchevêtrement ou la noyade.

Pour mettre fin à tous les capturer vivants ou les exportations d'animaux vivants de phoques pour l'affichage ou de divertissement ou de la recherche.
En particulier les phoques capturés pour les aquariums ou les zoos à travers le monde.

Pour la promotion de l'éco-tourisme dans un responsable de manière à ne pas interférer ou perturber le comportement naturel de cette espèce.
Plus précisément la quantité de la valeur des phoques porter à l'industrie, de générer des recettes, le nombre de visiteurs et la création d'emplois dans une consommation non-utilisation de cette ressource.

De cesser toute invasion enquêtes auprès de la population qui impliquent la capture, marquage, la mise en liberté, artificielle ou marquage ou de marque qui cause la perturbation de la colonie de phoques.
En particulier en ce qui concerne la capture de bébés phoques encore dépendants et les soins infirmiers et la fixation en plastique ou en acier, des balises à leurs nageoires.

Pour documenter et d'enregistrer toutes les sceau de la mort et de garder une base de données accessible au public.
En particulier, aucune preuve d'activité illégale doit faire l'objet d'enquêtes appropriées et des amendes, des condamnations ou des sanctions appliquées.

En vertu de l'ONU Charte mondiale pour la nature, non-respect, de faire appliquer ou de mettre en œuvre tout ou partie de ce qui précède Cap protection des phoques déclarations écrites, permettrait Nous, citoyens du monde à prendre quel que soit légale, juridique ou actif de procédés, de méthodes, activités ou procédures visant à assurer le maintien de la protection des phoques.

En signant cette pétition J'autorise François Hugo et un de ses organisations à mettre en œuvre les activités licites est considéré comme nécessaire pour protéger les phoques à fourrure du Cap en Afrique australe.

Nous humblement désespérément et qui demande à tous voir ce hall à signer la pétition et la transmettre en même temps à tous dont vous pourriez avoir connaissance.


For the Seals, I am Pour Sceaux, je suis

Francois Hugo Seal Alert-SA and Seal-Man François Hugo sceau d'alerte-SA et Seal-Man


Sincerely, Cordialement,


Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 16:17
Je transmet :


L'administration Bush/Cheney vient juste d'énumérer l'ours blanc comme menacé sous l'acte des espèces en voie de disparition (ESA), après quatre mois de retards. Malheureusement, c'est peut-ètre un geste vide, manquant de toutes les protections signicatives pour les ours blancs.

Avec cette liste, l'administration a oublié :

* de désigner un habitat critique pour les ours blancs;
* de stopper les forages de pétroles dans l'habitat dans l'habitat principal des ours blancs
* d'exiger de prendre des étapes significatives pour enrayer le réchauffement global et son effet désastreux sur la banquise arctique et la survie des ours polaires

En fait, le Secrétaire de l'Intérieur Kempthorne a précisé que la liste ne devrait pas être employée pour enrayer le réchauffement global ou la perte d'habitat - 2 facteurs principaux contribuant au déclin des ours blancs aux Etats-Unis.

Cette semaine la liste arrive déja a sa 11ième heure pour les ours blancs. Ces ours majestueux ne peuvent pas attendre une autre administration. EXIGEZ DES VRAIES PROTECTIONS et une liste ESA significative pour les ours blancs américains !

En apprendre plus au sujet de cette liste sur le lien ci-dessous :

http://www.defenders.org/newsroom/press_releases_folder/2008/05_14_2008_polar_bear_listed_as_threatened_but_protection_uncertain.php

SIGNEZ cette pétition

Merci pour les ours blancs

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 10:29
Je diffuse : 
 





Contre un site qui propose et vend des chasses d'animaux a travers le monde

Le SITE : http://www.voyage-chasse.com/

Motif : Ce site propose et vend des chasses d'animaux dans différents pays du monde, Europe comprise.

Traquer et tuer un hippopotame, lion, ours, éléphant, girafe, guépard, loup, rhinocéros, c'est possible !

Des traques avec trophée sont ainsi proposées dans cette agence.

Voici quelques exemples incroyables sur une LISTE de plus de 100 espèces, protégées ou non, d'animaux tuables à la CARTE :

-Prix pour TUER un Ours à collier dans sa tanière (Trophée de l'ours inclus):3 jours de chasse à partir de 6140 €

-Prix pour TUER un LOUP (trophée du loup offert): 4 jours de chasse à partir de 3162€

Alors que tous les défenseurs d'animaux, (vous-y compris) se sont battus pendant des semaines pour ramener un seul ours de Bosnie (Miljen) au prix fort, autorités, douanes, services vétérinaires, lenteur administratives etc,

Ce n'est pas pour qu'aujourd'hui des agités de la gâchette se ramènent en toute facilité des trophées d'un peu partout au détriment d'animaux protégés ou en passe de l'être.

Vous l'avez compris, ce type de business est à dénoncer sans mettre de gants, je vous invite à signer cette pétition pour inquiéter les gérants et leurs signifier votre désapprobation totale,

En outre SAG organisera une enquête pour connaitre la législation sur ce type d'activités, (Notez que autorisé ou pas, SAG ne changeras pas sa politique sur le sujet)

Pour faire pression et leurs TIRER dessus à VOTRE TOUR, voici l'adresse mail de l'agence: contact@voyage-chasse.com

Ne manquez surtout pas de les bombardés de courriers d'indignation.

L'adresse : 35 cours Langlet 51100 Reims – France
téléphone :Tél : 03 26 35 30 54 Tél : 08 79 10 00 92

Signer cette pétition

PS : n'oubliez pas de valider pour confirmer (boîte mail à surveiller)

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 19:04


PAROLES :

Qu'en est-il du lever du soleil
Qu'en est-il de la pluie
Qu'en est-il de toutes les choses
Que tu as dit que nous devions gagner
Qu'en est-il des champs de bataille
A notre époque... . c'est fou
Qu'en est-il de toutes les choses
Que tu as dit être les tiennes et les miennes
Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir
Tout le sang que nous avons répandu précédemment
Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir
La Terre qui pleure et les rivages éplorés ?

Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah
Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah

Qu'avons-nous fait au monde
Regarde ce que nous avons fait
Qu'en est-il de toute la paix
Que tu as promis à ton fils unique
Qu'en est-il des champs fleuris
A notre époque... . c'est fou
Qu'en est-il de tous les rêves
Que tu disais être les tiens et les miens
Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir
Tous les enfants morts de la guerre
Ne vous êtes vous jamais arrêté pour voir
La Terre qui pleure et les rivages éplorés

Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah
Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah

Je rêvais
Je jetais un coup d'oeil au-delà des étoiles
Maintenant je ne sais pas où nous sommes
Bien que je sache que nous avons dérivé bien loin

Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah
Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah
Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah
Aaaaaaaaah Aaaaaaaaah

Hey, qu'en est-il d'hier
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il des mers
(Qu'en est-il de nous)
Les cieux sont en train de s'effondrer
(Qu'en est-il de nous)
Je ne peux plus respirer
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il de la Terre saignante
(Qu'en est-il de nous)
Ne pouvons-nous pas sentir ses blessures
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il de la valeur de la nature
(ooo, ooo)
C'est le nombril de notre planète (1)
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il des animaux
(Qu'en est-il de ça)
Nous avons changé les royaumes en poussière
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il des éléphants
(Qu'en est-il de nous)
Avons nous perdu leur confiance
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il des baleines sanglotantes
(Qu'en est-il de nous)
Nous ravageons les mers
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il des chemins forestiers
(ooo, ooo)
Brûlés malgré nos appels
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il de la Terre Sainte
(Qu'en est-il de ça)
Déchirée par la croyance
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il de l'homme commun
(Qu'en est-il de nous)
Ne pouvons-nous pas le rendre libre
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il des enfants mourant
(Qu'en est-il de nous)
Ne pouvons-nous pas les entendre pleurer
(Qu'en est-il de nous)
Où nous sommes-nous trompés
(ooo, ooo)
Que quelqu'un me dise pourquoi
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il des bébés
(Qu'en est-il de ça)
Qu'en est-il des jours
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il de toutes leurs joies
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il de l'homme
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il de l'homme pleurant
(Qu'en est-il de nous)
Qu'en est-il d'Abraham
(Qu'en est-il de nous)
Que dire de plus sur la mort
(ooo, ooo)
Nous en foutons-nous ?

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 15:22
Je transmet :


Une équipe de chercheurs de l'université polytechnique Marche d'Ancône (Italie) a découvert que les crèmes solaires étaient responsables du BLANCHISSEMENT DES CORAUX.

Cette perte de couleur des coraux provient de la libération d'algues unicellulaires symbiotiques provoquée par le stress. Elle a des impacts négatifs sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes récifaux. Ces travaux de recherche, financés par l'UE, sont publiés dans la revue américaine Environmental Health Perspectives.

Lire l'article
Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 15:18

Je transmet :




Il y a des besoins urgents poura la planification pensée et proactive concernant les chiens de prairie à Santa Fe étant donné le pas rapide auquel les chiens de prairie disparaissent de la ville. Nous invitons la ville de Santa Fe, Mexique à passer en revue et adopter le plan de conservation daté du 2 février 2006. Ce plan commence où l'ordonnance de la ville de 2001 finit.

Le plan favorise la conservation des chiens de prairie et son écosystème dans la ville et ses secteurs périphériques.

Santa Fe a l'occasion d'être encore d'avant-garde, dans la conservation des chiens de prairie, en adoptant une approche partout dans la ville incluant la création d'un réseau préservé pour adapter les chiens de prairie replacés aussi bien que protéger les quelques colonies a l'endroit ou elles existent actuellement dans la ville.

Lien de la pétition

Merci pour les chiens de prairie

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 23:11

Vous rappelez de Knut, l'ourson polaire né au zoo de Berlin l'année dernière ? Et bien cet année c'est au zoo de Nuremberg que ça se passe. Ce bébé ourson tout comme Knut a été abandonné par sa maman et ce sont les soigneurs du zoo qui prennent soin de lui. Le zoo avait mis en place vendredi dernier un vote pour trouver un nom à l'ourson. Il y a eu plus de 14000 propositions et c'est Flocke (flocon) qui est sorti vainqueur. Dans la vidéo, vous pouvez voir Flocke dormir à côté d'un ours en peluche.

div>
Flocke l'Ourson Polaire - Vidéo

Repost 0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 22:58

Je transmet :


Cette pétition, lancée par Destination Enfer, sera adressée aux différents organismes et sociétés impliqués dans le transport des animaux vers les laboratoires, afin d’y mettre un terme définitif. Alors qu’un nombre grandissant de compagnies aériennes cessent de participer à ce commerce, quelques autres persistent dans cette voie : c’est notamment le cas d’Air France et d’Air Canada.

 Texte :

Pétition contre le transport des animaux vers les laboratoires


De nombreux animaux sont transportés par air, mer et terre vers les laboratoires pratiquant encore la vivisection. Ces animaux subissent des conditions de transport très éprouvantes : manque d’espace, ventilation inadéquate, fluctuations de température, manque d’eau et de nourriture... Cela n’est que le début de leur calvaire, puisqu’une fois arrivés dans les laboratoires, ils subiront de multiples expériences jusqu’à ce que mort s’ensuive.

J’approuve et soutiens la demande de Destination Enfer, à savoir, l’arrêt de tout transport d’animaux vers les laboratoires.

Lien de la pétition

Merci pour les animaux

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article