Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 17:23

Une forêt tropicaleAu Brésil, 2.291 espèces de plantes sont en voie de disparition. Cette liste a été élaborée par 175 scientifiques brésiliens et étrangers. Comme souvent, ces espèces de plantes sont menacées par la déforestation, les incendies et l'urbanisation.

Un chiffre très inquiétant !

En effet, le ministère de l'Environnement ne faisait état que de 472 espèces de plantes en danger l'an dernier.
Pourquoi un tel écart ?

José Maria Cardoso da Silva, un responsable de l'organisation écologique Conservation Internationale, a peut-être la réponse : "La différence entre les deux listes résulte de la démarche conservatrice du ministère de l'Environnement qui n'a pas tenu compte des plantes rares. Notre critère a été de dire que ces plantes rares sont automatiquement menacées du fait de la pression exercée sur elles".

Dans cette étude, 752 zones considérées comme "stratégiques pour la préservation de la biodiversité du pays" ont été recensées. La moitié de ces zones, couvrant 16% du territoire national, est dégradée.
De trop nombreuses plantes menacées se trouvent dans l'écosystème de la forêt Atlantique où vivent près de 70% des Brésiliens. Aujourd'hui , il ne reste plus que 7,26% de la couverture végétale d'origine. Le sud-est du Brésil est la région où l'on recense le plus d'espèces en voie de disparition.

Cette étude a fait l'objet d'un livre intitulé "Plantes rares du Brésil" qui a été lancé jeudi dans le cadre du 60è Congrès brésilien de Botanique, à Feira de Santana.

 

source

Repost 0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 17:00

Selon une étude, publiée dans la revue spécialisée Nature Geoscience dimanche, la contribution du méthane océanique à l'effet de serre serait largement sous-estimée. Des scientifiques de l'Université de San Diego estiment que le relargage, dans l'atmosphère, de ces bulles de méthane, seraient « considérable ».



Océan Atlantique


 
Les bulles de méthane, venues du fond des océans, peuvent en atteindre la surface
 
Ces scientifiques ont étudié six sites du Golfe du Mexique, où de véritables panaches de bulles de méthane s'échappent de "cheminées à gaz", sur le plancher océanique, à... 500 ou 600 mètres de profondeur.
 
Grâce à un robot submersible, les chercheurs ont récolté des échantillons d'eau tous les 20 mètres dans une colonne d'eau à proximité des panaches de bulles, et ont analysé leur concentration en méthane.
 
Et, contre toute attente, les bulles émises à ces profondeurs atteignent les eaux de surface, et le méthane qu'elles contiennent s'échappe ensuite dans l'atmosphère.
 
Or, selon les précédentes études, les bulles émises à plus de 200 mètres de profondeur n'atteignaient pas la surface. En fait, certaines bulles émises à 500 ou 600 mètres atteignent bien les eaux de surface grâce à un film de pétrole qui limite la fuite de gaz.

L'Océan indien


 
Méthane des océans : quelles conséquences pour l'environnement ?
 
A partir des concentrations en méthane des eaux de surface, les scientifiques ont calculé la vitesse de diffusion de méthane dans l'atmosphère. Et ils trouvent des valeurs... 10 à 10.000 fois supérieures aux précédentes estimations.
 
Par conséquent, selon ces chercheurs, ces résultats « soulignent l'importance des cheminées à gaz comme source de méthane atmosphérique ». Et cette source serait largement sous-estimée dans les évaluations actuelles sur l'évolution du climat.
 
Le méthane est un gaz à effet de serre plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2). Sur une période de 100 ans, son potentiel de réchauffement global serait... 25 fois plus important que celui du CO2.

source

Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 17:49

The african wild dog needs protection. according to the IUCN: Policy-based actions - Legislation - Implementation - National level (needed)

 

Tous les animaux sur cette liste rouge des espèces menacées doivent être protégés !

http://www.iucnredlist.org/

Juste un exemple sur la façon dont le système actuel échoue !

"Le chien sauvage d'Afrique, Lycaon pictus, est l'un des carnivores les plus menacés d'Afrique. Il est listé en rouge par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) comme l'une des espèces menacées d'extinction. Les raisons invoquées par l'UICN pour ce déclin sont la perte totale de l'habitat et la persécution par les humains. Selon le rapport de l'UICN sur les chiens sauvages, on dénombre entre 3.000 et 5.500 chiens sauvages en liberté en Afrique aujourd'hui. En Janvier 2006, un film a été diffusé par une chaîne néerlandaise, Twee Vandaag, relatant qu'il existait un commerce de chiens sauvages, comprenant des chiens capturés dans la nature ! Une façon dont le commerce et la capture des chiens sauvages pourraient être suivis et contrôlés serait pour eux d'être inscrits sur la CITES, Appedice I ou II. (Convention du Commerce International des Espèces menacées d'extinction). Cela signifie que le chien sauvage d'Afrique, Lycaon pictus, devrait être listé sur la CITES dès que possible afin de permettre un plus grand niveau de protection. Les Chiens Sauvages Africains auront besoin de protection contre les gouvernements locaux d'Afrique. Comme il faudra des années pour les inscrire sur la liste de la CITES, La wildlifefoundation veut agir avant qu'il ne soit trop tard !

Le moment est venu ! Protégez les derniers chiens sauvages en Afrique !

LETTRE :

Nous, les signataires, souhaitons la protection de tous les animaux de la Liste Rouge de l'UICN.

Nous demandons à tous les membres de l'UICN de protéger toutes les espèces menacées, sauf raison contraire...
La Liste Rouge est bien, mais la protection des espèces menacées doit devenir un enjeu majeur pour tous les gouvernements locaux. Seul le gouvernement local peut décider de la protection de la faune sauvage !

Nous espérons que vous commencerez immédiatement des enquêtes sur les possibilités de protéger les espèces menacées dans votre pays.

Nous vous remercions de votre intérêt et sommes sûrs que l'ECO tourisme augmentera les affaires dans votre pays, de nombreux voyageurs civilisés souhaitent admirer la faune sauvage maintenant et leur nombre va augmenter dans l'avenir !

Wildlifefoundation.info
http://www.wildlifefoundation.info/


PETITION

Merci pour les espèces menacées

Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 07:20

Marais PoitevinIl y a une quinzaine d'années, le Marais Poitevin a perdu son label de Parc Naturel Régional (PNR). Mais il espère reconquérir ce « titre », le Fédération des Parcs naturels Régionaux ayant approuvé son projet de labellisation.
 
"La famille des parcs a ainsi reconnu la qualité de la charte que nous avons rédigée" et a affirmé "sa confiance dans la politique de valorisation de la zone humide que conduit actuellement" le parc, estime les responsables du Parc, espérant être reclassé prochainement par le ministre du Développement durable.
 
A cheval sur deux régions (Poitou-Charentes et Pays de Loire) et trois départements (Vendée, Charente-Maritime et Deux-Sèvres), le Marais Poitevin (100.000 ha) est la deuxième zone humide de France après la Camargue.

source

Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 07:15
 


La végétation a permis d'éviter à la Terre un effet d'emballement du climat qui l'aurait conduite à une glaciation totale au cours des dernières 24 millions d'années, selon une étude publiée mercredi dans la revue scientifique britannique Nature.

Voici 50 millions d'années, le climat était chaud et les pôles sans calotte glaciaire. Il s'est ensuite refroidi sur une longue période, tandis que les niveaux de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre qui contribue à retenir la chaleur des rayons du soleil, diminuaient fortement, malgré les éruptions volcaniques alimentant l'atmosphère en CO2.

Concentration de CO2

La végétation, particulièrement les arbres, absorbe le CO2 lors de la photosynthèse, et joue également un rôle dans l'érosion des roches. Les racines des arbres sécrètent des acides qui dissolvent les minéraux et contribuent à fissurer les roches. Une fois dissous dans les eaux de ruissellement, le CO2 peut être entraîné vers les fonds océaniques et y rester piégé longtemps.

Ce processus, susceptible de s'accélérer avec l'apparition des hautes chaînes montagneuses de l'Himalaya et des Andes, aurait dû, en théorie, réduire drastiquement la concentration de CO2 dans l'atmosphère et conduire à une glaciation. Or, cela ne s'est pas produit.

Effet tampon

La végétation aurait joué un effet tampon. Souffrant du manque de CO2, sa croissance s'est ralentie dans les zones montagneuses, où l'herbe a remplacé les forêts. L'érosion des roches a diminué, et, en conséquence le piégeage du carbone sur les fonds océaniques, selon une hypothèse formulée par des géophysiciens américains.

"Lorsque la concentration de CO2 dans l'atmosphère de la Terre est tombée de 200 à 250 ppm, les niveaux de CO2 se sont stabilisés", explique le principal auteur de l'étude, Mark Pagani (Université de Yale, New Haven, Etats-Unis).

Réchauffement

Si la végétation a eu un effet régulateur du climat pour éviter une glaciation par le passé, il ne faut pas compter sur elle pour éviter un réchauffement climatique lié aux activités humaines, selon les chercheurs.

"Nous relâchons du CO2 dans l'atmosphère près de 100 fois plus vite que tous les volcans du monde ensemble", qui ont été, par le passé, la principale source de CO2, souligne Ken Caldeira (Carnegie Institution for Science). Pour le capturer à l'issue des processus naturels d'érosion, il faudra, ajoute-t-il, "des centaines de milliers d'années".

source

Repost 0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 14:48

L'ourse Franska, introduite il y a un peu plus d'un an, le 28 avril 2006 dans les Pyrénées, est menacée. Le 11 juin dernier, la chambre d'agriculture, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs des Hautes-Pyrénées ont demandé le retrait immédiat de l'ourse Franska , qui serait à l'origine de la prédation de plus de quarante brebis, et dont le comportement est jugé « anormal ».


Le WWF-France s'associe à PAYS DE L'OURS-ADET et FERUS, qui lancent une pétition pour la défendre.

Considérant :


- que Franska n'est pas une ourse "anormale" (au sens du protocole défini par l'Etat)

- que les mesures de protection des troupeaux , quand elles sont mises en oeuvre, sont efficaces (bergers, chiens de protection ...)

Nous soussignés,

  • nous opposons formellement à la capture de l'ourse Franska ,
  • demandons à l'Etat de faire en sorte que les mesures de protection des troupeaux soient mises en oeuvre afin d'assurer la cohabitation entre l'ours et les activités humaines dans les Pyrénées,
  • réaffirmons notre attachement à la restauration d'une population viable d'ours dans les Pyrénées.

>> SIGNEZ LA PETITION

Repost 0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 07:03





Au :  Gouvernement d'Afrique du Sud

Le grand défenseur des éléphants, le Dr Pierre Pfeffer, nous alerte :


Le Gouvernement d’Afrique du Sud a annoncé son intention de reprendre les abattages des éléphants à l’intérieur du Parc National Krüger afin de prévenir les dégâts qu’ils pourraient causer à la végétation.
Or, le parc Krüger couvre plus de 2 millions d’ha et pourrait abriter sans dommages au moins 15 000 éléphants.

Pour le moment, il en compterait moins de 13 000 et aucun dégât n’a été constaté ! La seule solution écologique et honnête, consisterait à abattre la clôture du parc, limitrophe du Mozambique, afin de permettre aux éléphants de regagner leur territoire d’origine.

Solution que rejettent les responsables du Parc Krüger, pour des motifs bassement mercantiles : entre 1966 et 1995, ils ont abattu plus de 16000 éléphants et tiraient un substantiel bénéfice de la commercialisation, dans les boutiques du parc du fruit de ces opérations : bibelots et bijoux d’ivoire, bracelets en poils et maroquinerie en peau d’éléphants, viande d’éléphant en conserve ou fumée, etc... Les éléphanteaux étaient vendus à des marchands d’animaux et, toujours cela de gagné !, 66% de la viande fraîche faisait partie du salaire des gardes et du personnel du parc !!!

Par cette pétition, nous demandons à M. Marthinus Van Schalkwyk, Ministre de l’Environnement et du Tourisme d’Afrique du Sud, d’interdire les abattages à l’intérieur du Krüger National Park et la suppression de la clôture vers le Mozambique.

===> SIGNER LA PETITION

Merci pour les éléphants

Repost 0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 21:40

 

Les résidents de Blue Mountains (NSW, Australie) se battent contre une proposition d'une salle d'exposition de koalas visant à attirer les entreprises dans leur centre commercial local, "Three Sisters Plaza". "Fivex Property Group", le promoteur de l'exposition, a déjà acheté deux koalas Victoriens et planifie d'exposer les animaux dans le "Three Sisters Plaza". 
 
Aucun enclos ne peut bien simuler la vie dans la nature pour les animaux  détenus en captivité. Les animaux confinés deviennent souvent stressés et auto-destructeur, développant un trouble mental connu sous le nom de "zoochosis". Les animaux ne peuvent jamais afficher des comportements naturels en captivité, ils ne peuvent pas  avoir le libre choix du moment de manger, de dormir, ou même de leurs compagnons. Au lieu de cela, les animaux en captivité sont contraints de divertir les touristes et  vivre des vies de misère, juste pour attirer les foules.

En tant que créatures nocturnes, les koalas passent la majeure partie de leur journée à dormir. Toutefois, si cette exposition réussit, les timides koalas seraient contraints de passer la plus grande partie de leur journée assis sur une souche d'arbre artificiel au centre commercial et de devoir se faire prendre en photo avec leurs spectateurs.

Si vous respectez les animaux ne supportez pas leur captivité !

Utilisez le formulaire en ligne pour envoyer un bref e-mail au Manager de Fivex, Lesli Berger, lui demandant de renoncer aux plans d'exposition de koalas.


PETITION

Merci pour les koalas
Repost 0
Published by LENA - dans ARCHIVES
commenter cet article
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 05:40

28 juin 2009 : l'équipe technique ours filme quatre ours sur le même versant de vallée à Melles :


Hvala et ses oursons de l'année, et un(e) jeune ours(e) dont l'identité n'est pour l'instant pas déterminée.

VIDEO SUR CE LIEN
Repost 0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 16:39
ImageImage

"Hen harier" et "red kite"

Les oiseaux de proie, continuent d'être tués, malgré le fait que ce fait soit illégal et l'a été pendant des décennies. Certains d'entre eux sont encore abattus ou empoisonnés et leurs nids sont ciblés par les collectionneurs d'oeufs. Cette activité illégale a de graves conséquences pour les oiseaux de proie comme les "hen harrier" et "red kipe" et est une menace pour leur récupération. Nous demandons que le massacre des oiseaux de proie soit arrêté.

Vous recevrez également un exemplaire de notre livret sur les oiseaux de proie.

COMMENT SIGNER :

Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque (*). En remplissant ce formulaire, vous reconnaissez que vous êtes âgé de plus de 16 ans.

- Remplissez avec vos noms, prénoms, etc sur la première page puis cliquez sur "continue"
- Sur la page qui va s'ouvrir, cliquez sur "Manual adress form", remplissez avec vos coordonnées puis cliquez sur "continue"
- Vérifiez que vos coordonnées sont correctes et cliquez sur "Make pledge"


PETITION

Merci pour les oiseaux de proie

Repost 0