Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 04:11


C'est une habitude que seules les mésanges bleues semblent avoir prise : elles remplissent leurs nids de diverses plantes aromatiques aux vertus médicinales bien connues. Mais pourquoi ?


On sait que l'hirondelle mâle, lors de la parade amoureuse, offre des herbes aromatiques à la femelle, dans le but de l'attirer - l'équivalent ornithologique du bouquet de fleuriste, en somme. Mais l'hirondelle mâle, comme certains confrères d'autres espèces, cesse ses dons après la période de parade nuptiale, sitôt que la femelle a pondu ses œufs.

Chez la mésange bleue, en revanche, on constate que les herbes aromatiques font leur apparition dans le nid après la ponte. On y retrouve très souvent de la lavande, de la menthe odorante et de l'Immortelle d'Italie, mais aussi, par exemple, de l'achilée, plantes toutes connues pour leurs vertus médicinales.


Les chercheurs ont tout d'abord pensé que ces plantes avaient été utilisées pour tenter de lutter contre l'infestation de mouches vertes et bleues dont souffrent les nids des mésanges bleues ; malheureusement, aucun résultat concret n'est venu corroborer cette théorie.


En revanche, il a été prouvé que les mésanges vivant dans des nids garnis de ces plantes étaient nettement moins sujettes aux bactéries et développaient davantage de globules rouges. 

source

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 20:40

Il semblerait que, après tout, se faire entendre dire que l'on a une cervelle d'oiseau est loin d'être la pire des insultes. Du moins, si l'on se réfère aux corbeaux. Une équipe de chercheurs d'Oxford (Royaume-Uni) a publié, mercredi 5 août, une étude dans la revue scientifique en ligne PLoS One, qui tend à démontrer que les corbeaux sont des animaux dotés d'une forme d'intelligence analytique et déductive.

L'étude a été menée sur des corbeaux de Nouvelle-Calédonie qui, à l'état sauvage, sont déjà capables d'utiliser des outils dans le but d'atteindre de la nourriture. Une expérience menée en 2002 avait déjà montré qu'un corbeau, en captivité, était capable d'inventer spontanément des outils en fonction du besoin, encore une fois dans le but direct de se nourrir.



En revanche, utiliser des outils dans un but qui ne soit pas directement celui de se nourrir est réputé être l'apanage d'une intelligence humaine, et pourrait avoir été une étape clé dans l'évolution de l'homme. L'utilisation d'outils en séquence – prendre un outil pour utiliser un autre outil – a déjà été observée chez beaucoup de primates et chez des corbeaux néo-calédoniens, d'après des recherches menées en Nouvelle-Zélande.


Une équipe d'Oxford a, à son tour, mené une nouvelle étude sur sept corbeaux néo-calédoniens. Les animaux, en captivité, ont été testés sur des séries de tâches exigeant l'utilisation de trois outils dans une séquence pour atteindre de la nourriture. Les oiseaux devaient utiliser un petit outil, le glisser dans un outil plus grand pour ainsi pouvoir attraper un troisième outil encore plus grand et enfin atteindre un morceau de nourriture, inatteignable sinon.

Cinq corbeaux ont réussi, dont quatre du premier coup, sans aucun entraînement préalable. Et une analyse précise du comportement des oiseaux prouve qu'ils n'ont pas agi au hasard. Lorsqu'un oiseau reposait un outil pour en prendre un autre, il choisissait toujours un outil plus grand que le précédent.


Cette étude démontre donc une compétence jamais observée chez des oiseaux, mais met également l'accent sur l'importance d'une approche prudente dans la comparaison des compétences cognitives. Un comportement intelligent peut être décelé sans qu'il y ait forcément des facultés mentales très élevées.

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 07:47




Aberdeen, Grande-Bretagne - Des scientifiques ont découvert que les codes gestuels de communication des dauphins suivaient des règles de communication verbale que l'on retrouve chez l'Homme.

 
D'une manière générale, les mots les plus utilisés chez les humains sont les plus courts. D'après le Dr Ramon Ferrer i Cancho, les dauphins observent cette même règle et utilisent le plus souvent des gestes basiques comme flotter sur le côté ou bouger leur queue pour communiquer. "Les dauphins respectent la loi de la brièveté dans leur langage. Des linguistes ont démontré que pour les humains, les mots utilisés fréquemment comme « le » ou « mais » sont courts. Cette économie linguistique dans les mouvements des dauphins s'apparente aux mêmes codes.

"Le Dr David Lusseau s'est également penché sur la question et a démontré que pour les dauphins, un seul mouvement pouvait être interprété de différentes manières. Ainsi, un battement de queue à la surface de l'eau peut vouloir dire "claque", "queue" et "deux". Les scientifiques comptent au total 30 mouvements qui contiennent chacun 1, 2 ou 3 significations.

source

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 19:18


BRUXELLES Quoi de plus normal après un séjour à l'étranger de ramener à ses amis, à sa famille, ou tout simplement pour soi, de menus souvenirs, histoire de se rappeler que les vacances, c'était le bon temps.


Mais attention, car certains objets, à première vue anodins, peuvent se révéler fabriqués avec des espèces animales ou végétales menacées et sont donc interdits à l'importation dans notre pays.


En plus du dommage causé à l'environnement, le contrevenant risque pas mal d'ennuis en cas de contrôle douanier. Au mieux le bien est confisqué, au pire il faudra s'acquitter d'une amende, voire d'une peine d'emprisonnement dans les cas les plus graves.


Pas de panique, le WWF dresse pour nous une liste des souvenirs les plus courants à éviter :


Grands coquillages.
Ils sont proposés aux touristes un peu partout dans le monde, comme par exemple les bénitiers ou les lambis. Ils sont parfois présentés sous forme de cendriers, de lampes ou de compositions diverses.


Tortues marines.
Outre les carapaces entières proposées comme décorations murales, des écailles de tortues sont utilisées dans la confection d'instruments de musique, plumiers, coffrets, lunettes, peignes...


Serpents, lézards, crocodiles.
Utilisés pour fabriquer des portefeuilles, des sacs à main, des bottes, des ceintures, etc. Pour ces articles, il vous faudra présenter à la douane les documents requis.


Éléphants.
Les objets en ivoire mais aussi en peau d'éléphant, voire des pieds d'éléphant travaillés. L'ivoire peut aussi provenir d'autres espèces comme l'hippopotame ou le morse. Mais même dans ces derniers cas, les articles en ivoire ne peuvent être importés librement.


Mais aussi.
Certains papillons, les perroquets (même les plumes), les coraux (souvent sous forme de bijoux), certaines espèces de cactus et d'orchidées, les peaux, les griffes, les dents de félins.

source

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 18:50



Il y a quelques cinq cent millions d'années, les méduses régnaient sans partage sur les océans. Grâce à l'homme, elles pourraient bien un jour retrouver ce statut. Ce jour là, la baignade deviendra un loisir risqué, mais soyons clairs, ce ne serait pas très grave. Que les vacanciers ne puissent plus faire trempette semble en effet un inconvénient bien dérisoire comparé au bouleversement total de systèmes écologiques complexes qui avaient mis des millions d'années pour parvenir à un équilibre que nous faisons voler en éclat à la vitesse grand V.

LIRE EN LIGNE L'ARTICLE ...CLIQUEZ ICI

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 16:57




Ces insectivores ont beau vivre dans l'obscurité, un peu à la façon des chauve-souris, et ne pas être très doux sous les doigts, on parvient malgré tout à leur trouver des qualités. Leur côté nounours ? Toujours est-il que les hérissons, bien présents dans le Béthunois, pourraient avoir besoin de votre aide pendant l'été.

 

On devrait s'incliner. Cet être vivant était déjà sur Terre il y a quinze millions d'années. Et sous la forme que nous lui connaissons aujourd'hui.


Malheureusement, si leurs ancêtres ont su si bien traverser les millénaires, les nouvelles générations supportent mal les traversées de chaussées... Accidents de la route, première cause de mortalité chez ces mammifères ? Pas sûr, car s'ils choisissent les phases nocturnes pour sortir, surtout en cette saison estivale, c'est pour éviter de croiser des ennemies encore plus dangereuses que les voitures : les mouches ! Et pourquoi donc ? « Ce n'est pas un animal très propre, analyse Aline Pruvost, écogarde au sein d'Artois Comm. Ce qui attire les mouches. Quand elles viennent s'accrocher dans ses piquants, elles peuvent pondre, et les larves se mettront ensuite à se nourrir du hérisson vivant. » Horreur. Et la spécialiste est formelle : «  Quand vous voyez un hérisson en pleine journée, c'est qu'il est déjà en danger de mort . » Mais vous pouvez encore lui sauver la vie. «  S'il est affaibli, il peut être juste parasité. » Alors vite ! Direction le vétérinaire par exemple... Ou bien, si vous avez vraiment le coeur sur la main, en route vers la Somme ! C'est dans notre département voisin que se situe le Sanctuaire des hérissons - véridique -, un centre géré entièrement par des bénévoles passionnés, joignables par téléphone ou Internet. Ce qui vaut une telle mobilisation ? Le classement du hérisson dans la catégorie des animaux protégés, probablement.

Des croquettes pour passer l'hiver

Au sein d'Artois Comm., pas de centre de soins pour cette espèce, alors Aline Pruvost n'hésite pas à ventiler d'autres conseils. «  La portée a lieu entre mai et juillet. Mais une deuxième peut avoir lieu fin août ou en septembre ! » - Soit cinq à six bébés par an. Et là, il y a danger. «  Quand on trouve des jeunes fin septembre ou début octobre, ils n'ont pas forcément assez de poids pour passer l'hiver . » Mais que faire ? «  Avant de penser à les amener dans un centre de soins, des croquettes pour chat peuvent d'abord suffir e. » Et si vous voulez être certain que la petite famille passe l'hiver en paix, pourquoi ne pas l'adopter ? Le hérisson, totalement inoffensif, juste un peu craintif, peut être un véritable animal de compagnie pour les chats... Peut-être un petit peu moins pour les chiens ! «  Comme tous les insectivores, il peut être aussi l'ami des jardiniers », ajoute aussi Aline Pruvost. Le hérisson se nourrit essentiellement d'escargots, de limaces et de vers de terre. «  Il est un très bon alternatif aux pesticides pour certains agriculteurs. » Ultime conseil, enfin, de l'écogarde : «  Ne jamais tondre la pelouse, ramasser un tas de feuilles mortes ou de bois sans vérifier qu'il n'y a pas un petit hérisson niché en-dessous. » Ce serait si bête. •

source

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 20:28

ARTICLE DU SITE LOUP.ORG



C’est le premier loup qui est capturé vivant en France depuis le retour du loup" au début des années 90 dans le Mercantour, a dit à l’AFP M. Ciotti, qui est également président (UMP) du Conseil général des Alpes-Maritimes.

Le loup, une femelle âgée de six à huit ans, est tombé dans un piège à lacet relié au téléphone portable de l’un des agents du parc. Deux agents se sont aussitôt rendus sur place, dans la commune de Saint-Dalmas-le-Selvage. Ils ont immobilisé l’animal avec une fourche et l’ont endormi avant de lui mettre autour du cou un gros collier noir muni d’un radio-émetteur.


Cette capture a été réalisée dans le cadre d’un programme "Proies et prédateurs" réalisé conjointement par le parc du Mercantour, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et le CNRS.

"C’est un grand moment pour tous les agents du parc qui ont beaucoup travaillé sur ce programme", lancé en 2007, a dit M. Ciotti.


Un trappeur américain était venu dans le Mercantour pour former les agents du parc à des méthodes "non invalidantes" de capture du loup.


La balise GPS dont est munie la louve doit permettre de suivre avec précision ses évolutions et de connaître ses durées d’immobilisation, indices d’éventuelles prédations.

Dans le passé, la cohabitation des loups et des bergers a souvent été problématique dans le Mercantour. Les bergers reçoivent de grosses indemnités quand leurs troupeaux ou des bêtes isolées sont attaqués.


Sept meutes de loups, comptant chacune entre deux et cinq individus, ont été recensées dans les Alpes-Maritimes.

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 21:16




RAPPEL DES FAITS ===> ICI


Merci au généreux soutien de nombreux amoureux des animaux, 83 éléphants sont maintenant en sécurité dans une réserve protégée. Les éléphants ont été déplacés d'une zone au Malawi, (où ils étaient constamment en conflit avec les villageois), dans une réserve de faune sauvage.

L'expérience a été non seulement une extraordinaire réalisation, mais elle a été une grande victoire pour le bien-être animal.

source

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 12:38
Depuis 1999, le loup figurait très logiquement sur la liste des espèces de vertébrés protégées menacées d'extinction en France. De façon assez incroyable, cet animal a été retiré de la liste par un arrêté publié le 27 mai dernier, ce qui a provoqué incompréhension et colère au sein des protecteurs de la faune et des associations écologistes. Il faut dire que cette décision, prise en catimini, a de quoi surprendre car le loup est la seule espèce à avoir été retirée de cette liste où figure notamment l'ours, les chauve-souris, les loutres, les visons d'Europe et les esturgeons pour n'en citer que quelques unes.


Alors que l'on estime qu'il y aurait entre 150 et 180 loups répartis sur le territoire français, difficile de penser que ce chiffre est suffisant pour que cette espèce ne soit pas menacée d'extinction si elle n'est pas efficacement protégée. Cette décision revêt donc plus un caractère politique et ne s'appuie pas forcément sur des données scientifiques fiables. Reste désormais à savoir quelles vont être les conséquences de ce choix étrange et largement sujet à caution.

Concrètement, jusqu'à présent, la décision de déroger au principe de protection des loups, à savoir un abattage ciblé et sélectif dans une zone donnée, la capture d'un spécimen ou l'autorisation de modifier un habitat, par exemple en construisant une autoroute, était prise au niveau national. C'est le CNPN (Comité National de Protection de la Nature), qui était le seul à pouvoir intervenir et à donner son avis au ministère de l'écologie.
Désormais, la gestion de ce grand carnivore ne dépendra plus de cet organisme national, mais sera déléguée aux préfets, soit à un niveau départemental.

La question est maintenant de savoir si le quota de loups pouvant être abattus afin de limiter la croissance des effectifs sera encore prise au niveau national ou si ce sont les préfets qui décideront eux-mêmes de la politique à mener sur leur territoire. Dans ce dernier cas de figure, de graves dérives sont possibles, les préfets pouvant tout à fait céder aux pressions des lobbys anti loups et fixer des quotas de tirs fantaisistes. Pire encore, ils ne seraient pas tenus d'agir en concertation avec les départements voisins et la préservation de l'espèce pourrait être largement menacée très rapidement.



LIRE LA SUITE ...

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 06:10





Quels sont les facteurs à l’origine de la mortalité des abeilles ? Comment expliquer l’accélération de ce déclin depuis vingt ans ? Qu’en est-il en France ? Le dispositif de surveillance est-il suffisamment efficace pour estimer l’ampleur du phénomène et y faire face ? L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a récemment publié un dossier pour faire un point sur les causes de la disparition des abeilles.

 

Depuis le milieu des années 80, la situation apicole mondiale est marquée par une importante mortalité d'abeilles et de colonies d'abeilles. Les causes de ce phénomène ne sont pas totalement élucidées et sont sujettes à controverse.

Afin de présenter à l'ensemble des parties prenantes intéressées la méthode de travail, les résultats et les recommandations émises dans le cadre du rapport « Mortalités, effondrements et affaiblissements des colonies d'abeilles » et de permettre un débat constructif sur ces questions, l'Afssa a organisé un colloque le 17 juin 2009.

LIRE L'ARTICLE EN LIGNE

Repost 0
Published by LENA - dans INFO
commenter cet article