Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 05:30




La mort et la destruction des arbres aggravent le changement climatique. Les forêts pourraient émettre plus de carbone qu’elles n’en stockent si les températures continuent à augmenter, un « cycle infernal ». Les experts ont à nouveau averti que le changement climatique pourrait transformer les forêts de puits de carbone en sources émettrices de carbone.

Les forêts pourraient émettre plus de carbone qu’elles n’en stockent si les températures continuent à augmenter, un « cycle infernal ». Dans un monde plus chaud, les forêts pourraient devenir des sources de carbone au lieu d’être des puits de carbone.

 

Les experts ont à nouveau averti que le changement climatique pourrait transformer les forêts de puits de carbone en sources émettrices de carbone. La capacité de stockage en carbone des forêts du monde entier pourraient totalement s’inverser si la terre se réchauffe de 2,5 °Celsius au-dessus de niveaux pré-industriels, selon un nouveau rapport paru dans la revue Nature.

L'analyse proposée par l'Union internationale des instituts de recherches forestières (IUFRO) est une synthèse de l’ensemble des informations existantes. « C'est la première fois, qu’une telle analyse a été menée à l'échelle mondiale », a déclaré Alexander Buck, directeur général adjoint de l’IUFRO, à Vienne. « C'est l’évaluation la plus complète sur les effets positifs et négatifs du changement climatique sur les forêts du monde entier, » a t-il assuré.

Cette étude examine comment les quatre différents types de forêts - forêts boréales, forêts tempérées, forêts tropicales et forêts subtropicales - seraient affectés à partir de quatre scénarios de changement climatique : inévitable, stable, croissant et croissance rapide.

 

Les scénarios de croissance et de croissance rapide, correspondant à un modèle d’émissions basé sur les fortes émissions observée depuis 2000. Dans ces deux scénarios, les forêts ont de la difficulté à s'adapter au changement climatique. Les sécheresses, les invasions d'insectes, les incendies et les tempêtes ont pour résultat une destruction généralisée des forêts.

 

« Les impacts de ces incendies et de ces infestations par des parasites va conduire à une libération de carbone dans l'atmosphère, ce qui aggravera le changement climatique », prévient Alexander Buck.

 

Dans un monde plus chaud, les forêts subtropicales et tempérées du sud telles que celles de l'ouest des États-Unis, du nord de la Chine, du sud de l'Europe, de la Méditerranée et de l'Australie, connaitrons des épisodes de sécheresses plus intenses et plus fréquents, une augmentation de la fréquence des incendies et une augmentation du nombre d’insectes ravageurs.

 

Cela conduira à une augmentation du volume de carbone libéré dans l’atmosphère. Un récent rapport publié dans Science constate que la sécheresse de 2005 dans le bassin de l'Amazone a libéré de 1,2 milliards à 1,6 milliards de tonnes de carbone.

 

Les forêts de conifères du Canada, de la Finlande, de la Russie et de la Suède, qui constituent la région boréale, devraient connaître un réchauffement du climat plus fort que les forêts de zone équatoriale. Bien que le fait d’avoir des températures plus chaudes puisse au départ permettre une expansion de la forêt vers le nord, à court terme, ces effets positifs seraient rapidement annulés par les dommages liés à l'augmentation des invasions d'insectes, des incendies et des tempêtes. Selon ces scientifiques la transition des forêts de l’état de puits de carbone à source de production de carbone « est déjà une réalité ».

 

Le dendroctone du pin ponderosa, un scolyte ravageur des épicéas commun et du pin ponderosa, a ravagé les forêts de l'ouest du Canada. Cette flambée épidémique couvre actuellement 14 millions d'hectares - soit environ 3,5 fois la taille de la Suisse, a déclaré Allan Carroll, un écologiste spécialiste des insectes avec le Service canadien des forêts à Victoria, en Colombie-Britannique. En 2020, en estimant qu’à cette date l'épidémie de dendroctone du pin ponderosa sera terminée, ce seront environ 270 mégatonnes de carbone qui auront été émis dans l'atmosphère, précise Allan Carroll, soit « l'équivalent de cinq années d'émissions de gaz carbonique pour l'ensemble du secteur des transports au Canada. »

 

Ce rapport souligne l’urgence de la mise en place d’un développement durable des pratiques de gestion forestière dans le monde entier pour réduire la vulnérabilité des forêts aux changements climatiques.

 

« Trop peu de forêts sont gérées de façon durable, en particulier dans les régions tropicales, et le suivi des impacts du changement climatique sur les forêts est bien insignifiant », explique John Innes, un expert forestier à l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, l'un des auteurs du rapport.

 

Ce rapport sera présenté au Forum des Nations Unies sur les forêts, qui se réunit à New York du 20 avril au 1er Mai 2009.

 

Alexander Buck affirme que ce rapport pourrait avoir un impact sur les futures négociations sur le climat, y compris lors de la conférence climatique de Copenhague en décembre 2009.

 

« La convention sur le climat est basée sur la réduction des émissions résultant du déboisement, mais elle n'a pas correctement examiné le problème de l'adaptation des forêts aux changements climatiques. Les décideurs politiques ayant indiqué qu'ils avaient besoin de plus d'informations pour leurs négociations », ajoute Alexander Buck. Allan Carroll estime que désormais certains gouvernements sont prêts à l'écouter. « La flambée de dendroctone du pin et le signal climatique qui lui est associé c’est comme le canari dans la mine de charbon qui prévient des perturbations à venir. »



source

Partager cet article

Repost 0
Published by CLEOPHA - CALINEKA - FABIENNE - dans INFOS environnement - planète...
commenter cet article

commentaires