Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SPLENDEUR SAUVAGE
  • SPLENDEUR SAUVAGE
  • : Splendeur et décadence de notre planète ! LENA
  • Contact

Profil

  • LENA
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement

L'équipe de Splendeur Sauvage
  • Admiration et Respect de la Faune et de l'Environnement L'équipe de Splendeur Sauvage

Texte Libre

Les animaux ont été créés par Dieu
pour donner aux hommes
une impression de supériorité.

Recherche

BIENVENUE

Archives

3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 22:53

Je transmet :
 


Bear caged for 20 years
Bears climbing at the AAF's Bear Rescue Centre in Chengdu.
Mouse - AAF team couldn't save him

Saskia arrived petrified

Jill with Jasper in December 2000. Jasper spent 15 years in the agony until the AAF team rescued him.

Jasper today at the bamboo forest.


Veuillez signer cette pétition à envoyer aux gouvernements chinois, vietnamiens et coréens. Notre pétition pour sauver les ours a été déjà expédiée au gouvernement chinois, mais il faut encore des signatures dans les  pétitions à expédier aux gouvernements vietnamiens et sud-coréens.

Des milliers d'ours lune à travers la Chine et le Vietnam sont emprisonnés dans des cages pas plus grandes que leurs propres corps supportant l'agonie de différentes méthodes d'extraction de bile. Leur douleur peut continuer durant 20 ans. La bile d'ours est utilisée dans la médecine chinoise traditionnelle peut facilement être remplacée par les solutions de rechange de fines herbes ou synthétiques, qui sont meilleure marché et également efficaces.

En raison des fermiers excessifs des fermes d'ours a bile qui essayent constamment de trouver des produits pour leur ajouter de la bile d'ours, comme des shampooings, des bières et divers toniques.

En Corée du Sud il a été illégal d'extraire la bile à partir des ours vivants depuis 1992. Cependant, il restent des fermes d'ours. Des ours au-dessus de l'âge de 10 ans peuvent être légalement abattus (habituellement devant les clients) pour leur bile.

LIEN DE LA PETITION

Merci pour les ours lune !

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 22:51
Je transmet :




Photo copyright : Animals Asia Foundation

"Nous les signataires, remercions le gouvernement chinois de son humanité et sagesse dans la fermeture des fermes d'ours pour leur bile et la libération de 219 ours dans un sanctuaire dirigé par Animals Asia Foundation.

Nous demandons que vous continuiez à favoriser les solutions de rechange de fines herbes et synthétiques à la bile d'ours et attendons avec intérêt l'élimination progressive complète des fermes d'ours à bile en 2008"

Merci pour les ours

LIEN DE LA PETITION
Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 17:44

Un pic de disparition est observé au printemps 2007"
"Plus d’abeilles, plus d’humains..."
"La mort des abeilles met la planète en danger"

article





Et si les abeilles disparaissaient ?

Au-delà des polémiques autour de certains insecticides (retrait du Régent de la firme BASF, et du Gaucho sur maïs de Bayer), Science actualités a cherché à comprendre ce qui se passait réellement sur la « planète des abeilles » en donnant la parole aux experts et aux éleveurs d’abeilles, les apiculteurs.


Quand les abeilles ne font plus leur miel…



L’histoire des abeilles accompagne celle de l’homme. Depuis l’aube de l’humanité, l’homme en savoure le miel. Aujourd’hui le nectar se fait rare car les abeilles sont malades. Depuis une trentaine d’années, en France, les populations d’abeilles diminuent, se fragilisent. Désigné coupable : l’homme avec la surexploitation industrielle de la nature, l’ajout inconsidéré de produits chimiques pour produire, mieux, plus. Le « plus » s’est transformé en son contraire. Encore une fois, voilà l’écosystème menacé.

Car hormis l’abeille, c’est toute la chaîne complémentaire qui relie l’animal au végétal qui se trouve déréglée. Pas d’abeilles = pas de pollinisation = disparition de certaines espèces végétales = disparition de certaines espèces animales…




Les abeilles sont elles menacées de disparition ?



Malformations, troubles du système nerveux, désorientation, troubles du comportement, les abeilles présentent toutes sortes de symptômes qui révèlent un état de santé fragile. Certaines abeilles ne retrouvent pas leur ruche. D’autres en sont refoulées parce que non reconnues par le reste du groupe. C'est le constat de différentes études menées par l'INRA depuis une dizaine d'années.


Quelle part de responsabilité aux insecticides ?



Les insecticides nouvelle génération sont accusés de provoquer la mort des abeilles. L’imidaclopride et le fipronil, sensés uniquement protéger la plante, seraient aussi ingérés par les abeilles. Mais les effets nocifs de ces insecticides ne se limiteraient pas aux seules abeilles. Selon certains experts de l’Inra (Institut national de la recherche en agronomie), leurs molécules présentent des dangers multiples pas encore assez évalués. Les molécules employées, ne seraient pas sans effet sur l’homme.



Parmi eux, un neurotoxique, le Régent, produit par la firme BASF, est particulièrement dénoncé par les apiculteurs. La vente du Régent a été suspendue. L’insecticide est soupçonné de décimer les abeilles. Par ailleurs un autre produit, le Gaucho sur maïs, fabriqué par Bayer, et également mis en cause, a été un peu plus tard retiré du commerce.

Pourtant la nocivité de ces molécules n’est pas établie de manière absolue. Des expertises ont donné des résultats contradictoires. Ainsi d’autres recherches menées par l’Inra présentent des résultats moins catégoriques. Les fabricants rejettent, eux, toute responsabilité.


Un problème mondial aux multiples causes…

En trente ans, des pathologies multiples ont touché les abeilles et se sont répandues à la surface du globe. La complexité des causes et la multiplication des facteurs rend les diagnostics difficiles. Ainsi les importations d’espèces ont simultanément importé des pathologies inconnues.



Dans le sud de l’Inde, dans l’Etat de Karnataka, jadis important producteur de miel, jusqu’à 90% des colonies d’abeilles indigènes avaient été détruites au début des années 90 par un virus importé. Le préjudice économique était considérable. Seul un programme complexe de la FAO, comprenant une aide économique et une formation des éleveurs, permet de reconstruire les populations.




Au Québec, dans la région de Rimouski, les populations ont aussi été décimées par des agents parasitaires inconnus.

En Irak, ce sont les effets toxiques de la guerre du Golfe (fumées dues aux incendies des puits de pétrole) qui ont détruit 90% des colonies apicoles.

Il ne s’agit donc ni d’un problème spécifiquement français, ni même ne touchant que les pays pratiquant une agriculture avec usage massif de produits chimiques. Reste malgré tout à quantifier les parts de responsabilité en fonction des différents facteurs en jeu, mais là aucune étude scientifique ne semble en mesure de répondre précisément…




Disparition des abeilles : quelles conséquences pour l’écosystème ?



Les abeilles sont autant productrices de miel qu’elles sont indispensables à la pollinisation des fleurs et des plantes. En effet les abeilles constituent un élément dans la chaîne interactive des écosystèmes. Le rôle de l’abeille est très important dans les divers cycles de la vie des diverses espèces. Pas d’abeilles, pas de miel mais surtout non reproduction et disparition de certaines espèces végétales, donc disparition de certaines espèces animales.

ARTICLE

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 20:35

Je transmet :




""Les derniers bisons sauvages errants d'Amérique sont un rappel puissant du grand ouest américain. Mais ils sont abattus sur une échelle non vue depuis 1800, et il est prévu d'en tuer encore des centaines.

Cette seule année, plus de 1300 bisons ont été inutilement tués -- plus qu'un quart de la population du parc. L'état et les fonctionnaires fédéraux tuent ces animaux majestueux quand ils sortent des frontières du parc national du Yellowstone pour la crainte que les animaux donnent la brucellose aux bétail -- quoiqu'il n'y ait jamais eu un cas simple d'un buffle dans le sauvage donnant la maladie aux bétail.

Ce n'est pas la bonne manière de contrôler une des icônes de l'ouest américain... particulièrement dans un état qui se glorifie comme destination pour les touristes cherchants la faune.

Signez notre pétition adressée aux fonctionnaires du tourisme du Montana -- et invitez-les à aider a sauver ces icônes américaines !"

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 20:34
Je transmet :




Les bisons étaient par le passé des dizaines de millions à travers les grandes plaines jusqu'à ce qu'un abattage de masse les emmènent au bard de l'extinction.

Maintenant une partie des derniers bisons sauvage errants librement d'Amérique est abattue sur une échelle non vue depuis les années 1800. Et des centaines de plus pourraient ètre tués.

Chaque hiver, les bisons du parc national du Yellowstone émigrent des montagnes couvertes de neige vers des altitudes inférieures en dehors des frontières du parc à la recherche de nourriture.

Mais en raison d'une crainte non fondée que le bison transmettrait une maladie appelée la brucellose aux bétails domestiques, le bison est promis a un sinistre destin -- quoique il n'y ait jamais eu de cas répertorié d'un bison sauvage transmettant la maladie aux bétails.

Une fois que ces majestueux animaux sont sortis des frontières du parc, les autorités fédérales et de l'état du Montana les repoussent a l'intérieur du parc ou la nourriture est rare -- ou les prélèvent pour l'abattage.

Cette année seulement, plus de 1 100 bisons ont été tués -- presque un quart de la population sauvage. Ce n'est pas une manière de contrôler une des icônes les plus aimées de l'ouest américain.

La Division de promotion du Montana -- le service du tourisme de l'état -- est notre meilleur allié au Montana pour presser les fonctionnaires d'état à arrêter l'abattage honteux des bisons.

Ensemble nous pouvons aider à nous assurer que le bison sauvage d'Amérique continuera à errer dans l'ouest américain.

Ecrivez aux officiels du tourisme du Montana aujourd'hui et dites leur que vous voulez que le Montana cesse de tuer les bisons d'Amérique en cliquant sur ce lien

Merci pour les bisons

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 14:17

En croissance exponentielle, les émissions de gaz carbonique (CO2) dues aux activités humaines ont un effet notoire sur le climat. Moins connue, leur absorption par l'océan entraîne une inexorable acidification de l'eau de mer. Mais quel est l'impact de ce phénomène sur les organismes et les écosystèmes marins ? Une question à laquelle les chercheurs n'ont guère de réponse pour l'instant. C'est pourquoi l'Union européenne vient de confirmer son soutien au programme EPOCA (European Project on Ocean Acidification) qui sera lancé à Nice le 10 juin 2008.

LIRE L'ARTICLE

Repost 0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 14:14

Je transmet :



BONN (source vérifiée)

Les forêts tropicales, les ours polaires et les éléphants, d'accord, mais quel intérêt y aurait-il à préserver systématiquement toutes les espèces menacées? Les défenseurs de la biodiversité plaident pour le salut de toutes en vertu du principe de précaution.

"Certaines espèces semblent avoir un rôle mineur et d'autres ont au contraire un rôle clé dans le fonctionnement des écosystèmes", souligne Didier Babin, chercheur au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), à Bonn où se tient la conférence de l'ONU sur la biodiversité.

Mais souvent ce ne sont pas les espèces emblématiques qui ont le plus beau rôle: "par exemple le ver de terre a un rôle majeur dans la décomposition organique. S'il disparait, il n'y a plus de décomposition donc plus de fertilisation des sols", fait-il valoir.

Ainsi le scarabée pique-prune, qui se nourrit de bois mort, qu'il décompose et transforme en terreau, est une espèce protégée. Sa présence sur le tracé d'une autoroute dans l'ouest de la France a justifié l'arrêt du projet d'aménagement pendant plusieurs années et sa modification.

D'autres espèces, comme les requins, se situent au sommet de la chaîne alimentaire et ont un rôle de régulateur. "Leur disparition est susceptible de provoquer une prolifération d'autres espèces", explique Didier Babin.

Et "si on ne peut pas démontrer qu'une espèce ne sert à rien, à l'inverse on ne peut pas non plus démontrer que toutes les espèces servent à quelque chose", estime-t-il.

"Aucune espèce n'est banale, chacune est le produit de millions d'années d'évolution et joue un rôle dans l'écosystème", souligne Wendy Fodin, de l'Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN).

Un mammifère sur quatre, un oiseau sur huit, un tiers des amphibiens et 70% des plantes sont menacés, selon la "liste rouge" de l'UICN.

Au total, 785 espèces sont déjà éteintes et 65 survivent seulement en captivité ou à l'état domestique.

Mais cette liste ne dit pas quel rôle jouent les espèces concernées dans les écosystèmes, de même qu'elle n'établit aucune hiérarchisation en fonction de leur utilité.

"Il est parfois difficile de prévoir les effets de la disparition d'une espèce", reconnait Wendy Fodin.

Le Dodo, de la Réunion, a disparu au siècle dernier: "on s'est aperçu plus tard qu'il contribuait à polliniser de nombreuses plantes en dispersant leurs graines", explique-t-elle.

Depuis que les populations d'abeilles déclinent, en France et aux Etats-Unis, "tout le monde semble découvrir à quel point elles sont utiles".

Les abeilles assurent 80% des espèces végétales par pollinisation, soit 35% des ressources alimentaires mondiales.

Dans un livre publié récemment "Sustaining Life" (Oxford University press), des scientifiques ont dressé un tableau des trésors que recélait la nature pour la médecine montrant à quel point la santé de l'homme dépendait de la biodiversité.

Les auteurs Eric Chivian et Aaron Bernstein citent notamment le cas de deux espèces de grenouilles du genre Rheobatrachus découvertes dans les années 80 en Australie et qui avaient la caractéristique d'avaler leurs oeufs et de les faire incuber en suspendant leurs fonctions digestives pendant cette période.

Des études ont révélé qu'elles émettaient des substances qui bloquaient les sécrétions d'acide dans l'estomac, ouvrant ainsi de nouveaux espoirs pour le traitement des ulcères digestifs chez l'homme.

Ces études n'ont pu aboutir car ces deux espèces sont désormais éteintes.

Source

Repost 0
Published by Cleopha - dans INFO
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 20:37

Je transmet :



40.000 de vous ont écrit aux fonctionnaires japonais exigeant une enquète sur le scandale de la pêche à la baleine que nous avons exposé
http://www.greenpeace.org/international/ne...-scandal-150408 incluant la corruption répandue, la viande volée de baleine, et le détournement des contribuables japonais. Le Procureur Général de la zone de Tokyo a accepté d'enquéter, ainsi nous avons réalisé notre première demande.

Maintenant nous avons besoin de pousser le gouvernement japonais pour accepter notre deuxième et troisième demande : arrêtez la pêche à la baleine et coupez ses subventions d'impôts. Nous voulons également nous assurer qu'ils étudient ce scandale au plus haut niveau - pas simplement en prenant pour bouc-émissaires les membres d'équipage.

Veuillez envoyer le message ci-dessous au premier ministre et au ministre des affaires étrangères du Japon en cliquant sur ce lien !

Merci pour les baleines

PS : n'oubliez pas svp de confirmer votre signature en validant le lien reçu dans votre boîte mail, surveillez vos spams merci

Repost 0
Published by Cleopha - dans ARCHIVES
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 16:31

Un corbeau intelligent

Repost 0
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 15:54
Repost 0